Sign in
Download Opera News App

 

 

Factures impayées : les fournisseurs de l'Etat de Côte d'Ivoire en colère

Le directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Jacques Assahoré, est ici interpellé.

483 milliards FCFA. Tel est la somme que les membres du Syndicat national des fournisseurs de l’Etat de Côte d’Ivoire (SYNAFECI) réclament à l’Etat de Côte d’Ivoire. Cette préoccupation, ils l'ont exprimée, le mercredi 9 décembre 2020, à Abidjan-Cocody, lors d’un entretien. 

Ces membres du SYNAFECI ont, d'entrée, révélé qu’ils ont effectué des prestations pour la direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique dont les factures de 2012 à 2019 sont évaluées à environ 50 milliards FCFA. Ce, avec quelques entreprises que sont SAG, ND, ED, IA,YS. Mais ils disent ne pas comprendre pourquoi leurs factures ne peuvent être payées depuis lors.

Concernant les factures qui sont à l’Inspection générale des Finances (IGF) d’une valeur totale de 448 milliards de FCFA, font savoir les membres du SYNAFECI, environ 15 milliards de FCFA ont été payés après l'audit de mars à décembre 2019. Pour le reliquat, qui est estimé à 433 milliards FCFA, à en croire ces fournisseurs, l’IGF dit attendre les instructions de sa hiérarchie avant de leur verser leur dû.  

Le Trésor, ajoutent les fournisseurs, souhaite un échéancier dans le paiement des factures. Toutefois ceux-ci disent ne pas être intéressés par cette option. Ce, parce que même la titrisation des créances, au dire des fournisseurs, n’a pas été respectée. C'est-à-dire que le délai qui avait été prévu pour le paiement des factures n’a pas été respecté. Les membres du SYNAFECI soutiennent être laissés pour compte en ce sens que nombreux sont les opérateurs qui ont mis la clé sous le paillasson, faute de paiement de leurs nombreuses factures.

Par conséquent, nombreux sont ceux qui sont retournés chez eux au village par manque d’activités.

Au total, les membres du SYNAFECI veulent que l’Etat fasse le geste qui sauve par le paiement des factures. Ils sont, aujourd'hui, aux abois et crient famine.

Marc-André Latta  

 

Content created and supplied by: RogerLevry (via Opera News )

côte d'ivoire jacques assahoré

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires