Sign in
Download Opera News App

 

 

Retour de Gbagbo en Côte d'Ivoire : Issiaka Diaby (président des victimes) s'oppose et annonce des actions

  

Lors d'une conférence publique ce lundi 01 juin 2020 à Yopougon, Issiaka Diaby, président du Collectif des victimes en Côte d’Ivoire (CVCI) a informé la communauté nationale et internationale de son opposition énergique quant à une quelconque désignation de l’État de Côte d’Ivoire en sa qualité d’Etat partie au statut de Rome de la Cour Pénale Internationale pour accueillir Laurent Gbagbo et Charles Blé GOUDE sur son sol en exécution de la décision du 28 mai 2020 de la Chambre d’Appel de CPI.

''Le CVCI dans le cadre de ses actions appelle les victimes à la mobilisation, car dans les prochains jours proches, elle déploiera ses moyens d'action légaux conséquents sur le terrain afin de réaliser cet objectif majeur. Lequel consiste à s’opposer énergiquement à une quelconque désignation de l’État de Côte d’Ivoire en sa qualité d’État partie au statut de Rome de la Cour Pénale Internationale pour accueillir Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sur son sol'', a prévenu Issiaka Diaby. 

Pour le président des victimes, ''un contentieux est à l’origine de cette décision irrévocable et non négociable''. 

À en croire le président des victimes, depuis le départ de Laurent Gbagbo du pouvoir, suivi de son arrestation et de celui de Charles Blé Goudé à l’ouverture de leur procès jusqu’à ce jour, le CVCI a reçu plusieurs témoignages faisant état de propos injurieux, de menaces diverses proférées par des partisans des deux accusés à l’encontre des victimes, des familles des victimes, des autres témoins du Procureur de la CPI et des communautés. 

''Le CVCI a constaté d'autres faits sur les différents supports de communications publics dont les réseaux sociaux. Aussi, selon des témoignages et sur la base de faits constatés par le CVCI, des campagnes à outrance de dénigrement, de désinformation, d'intoxication sont menées afin de mieux motiver les auteurs de ces attaques ou supposées prévisionnelles contre les cibles susmentionnées'', a déploré Issiaka Diaby.

Malgré l'assouplissement des mesures restrictives faites aux acquittés, le président du CVCI note tout de même l’existence d’un espoir d’une justice pour les victimes à l’horizon. 

''Malgré la décision du 28 mai 2020 de la Chambre d’Appel de la Cpi, les accusés demeurent toujours en liberté conditionnelle avec moins de restrictions qu’auparavant, surtout que ladite décision ne concerne pas l’Appel interjetée contre l’acquittement de ces derniers'', 

Avant de conclure : ''les victimes en Côte d’Ivoire rappellent à l’opinion nationale et internationale que prédisposées à pardonner, pour des besoins entres autres particulièrement de vérité, justice, réparation, dialogue et réconciliation nationale, elles ont participé sans haine ni colère aux actions des outils de justice transitionnelle mis en place en Côte d’Ivoire dès la fin de la crise postélectorale de 2010-2011''.

Jephter Le Grand

Content created and supplied by: Jephté (via Opera News )

Cour Pénale Internationale Côte d'Ivoire Issiaka Diaby Laurent Gbagbo État de Côte d'Ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires