Sign in
Download Opera News App

 

 

Serge Koffi le Drône et Étienne M'ponon le SG de EDS dans de beaux draps : les raisons.

Étienne M’Ponon, Secrétaire général de la plateforme politique Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), cité dans l’affaire Serge Koffi Le Drone, est passé devant le juge d’instruction du tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau, lundi 18 mai 2020.

Étienne M'ponon, secrétaire général de EDS, accusé d' atteinte à la "défense nationale et trouble à l’ordre public".

On en sait un peu plus sur les raisons de la traque engagée contre Etienne M’Ponon, cadre de la plateforme Ensemble pour la démocratie et souveraineté (EDS).

Ce proche de l’ancien président Ivoirien Laurent Gbagbo, avait été convoqué par la brigade de recherches de la gendarmerie nationale le 14 mai dernier, pour son implication présumée dans ce qu’il conviendrait de nommer l’affaire Serge Koffi le Drone, cyberactiviste pro-Gbagbo arrêté pour "divulgation de fausses nouvelles et d'incitation à la haine".

Au terme de la procédure en instruction qui a eu lieu au Tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau, lundi, cinq chefs d'accusation, ont été retenus contre lui.

« Atteinte à la défense nationale, trouble à l’ordre public, diffamation et outrage, diffusion des données informatiques frauduleusement soustraites et publication de fausses informations entraînant une atteinte aux personnes», a révélé Me Zahui Dako, son avocat, joint par le site Audace 24.

Étienne M'ponon est poursuivi pour les mêmes faits que le cyber-activiste, Serge Koffi le Drone, interpellé le 7 mai 2020 à Yopougon, puis placé sous mandat de dépôt 5 jours plus tard à la prison civile de Grand-Bassam.


Interpellé le 7 mai dernier à Yopougon Sogephia, Yapo Ebiba François Fiacre ou encore « Serge Koffi le drône », cyber-activiste pro-Gbagbo, a été présenté à la presse, ce mardi 12 mai 2020.

Il était l’objet d’une vingtaine de plantes et activement recherché par les services de la police nationale. Le nommé Yapo Ebiba François Fiacre alias "Serge le Drone" est tombé le jeudi 7 mai dernier, dans les mailles de la police.

Il lui est reproché des faits graves de trouble à l’ordre public, incitation à la haine, appel à la rébellion et à la destruction de biens publics, diffamation et injures sur internet.

Des informations livrées par la police nationale via la plateforme Police Secours, il ressort qu’au terme de son interrogatoire, le mis en cause a reconnu être propriétaire de deux comptes avatars, « Serge Koffi Le Drone » et « Sekongo Koné ».

Par ces canaux, l'imprudent se permettait de divulguer des informations peu crédibles encore moins vérifiées auprès des sources officielles.

« Il prétend informer les populations mais ne prenait pas le temps de vérifier la véracité des informations qu'il recevait de ses sources moyennant de l'argent», revèle la police nationale dans son communiqué.

Ajoutant que l'exploitation des données scientifiques trouvées en sa possession par la Plateforme de Lutte contre la Cybercriminalité ( PLCC), a permis de découvrir des preuves qui l'incriminent.

«N'étant pas journaliste mais plutôt informaticien, ses sources proviennent de la politique, des forces de défense et de Sécurité dont l'objectif est de créer la discorde, la diffamation, l'incitation à la haine et à la révolte », confie notre source.

Au regard de la gravité des faits qui lui sont reprochés, ce supposé proche du FPI pro-Gbagbo, sera présenté dans les prochaines heures, devant les tribunaux pour y répondre de ses actes.

Content created and supplied by: Djeliba (via Opera News )

EDS Serge Koffi Étienne M'

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires