Sign in
Download Opera News App

 

 

Culture-Madagascar : La danse Malagasy, entre tradition et art-thérapie (Découverte).

Des guerriers Tandroy en pleine danse.

La danse, les différentes sociétés et cultures décrivent également les éléments qui constituent une danse tels que la technique, l’exécution de chaque mouvement, les formes gestuelles du corps dans chaque mouvement, et la signification du message transmis par le mouvement.

La danse est l’ensemble des gestes ou des mouvements du corps avec des émotions. Elle est définie comme l’art de mouvoir son corps dans l’espace et dans le temps. Pour les Tandroy, un groupe ethnie situé dans le sud de Madagascar, la danse se pratique dans des différentes cérémonies et rituels. Elle est non seulement un assemblage des gestes et des émotions, mais un mode de communion entre l’homme et la nature.

Dans les rituels, il y a deux façons de pratiquer la danse: tout d’abord, dans le rituel de guérison et funéraire, la danse est une sorte de lien entre la vie et la mort. Chaque pas de danse a une signification chez les Tandroy. Et chaque rite a une danse spécifique, dont les significations changent par rapport aux circonstances.

 

Les danses traditionnelles Tandroy reposent sur un symbole fort qui est la forme géométrique du cercle. Certains danseurs forment un carré pour danser. La danse africaine en général et malagasy en particulier, ne cesse de fasciner les occidentaux car elle a une signification bien précise. Rien n’est dû au hasard, toutes les danses reflètent un état d’esprit bien particulier.

La danse est également une guérison, car selon toujours la danseuse Ange Ralaiheilinarivony, « pendant le rite de guérison, les malades dansent pour que la maladie puisse être évacuée par la sueur et les mauvais esprits se dégagent de leur corps. Ils dansent et sautent en suivant les rythmes des tambourins, jusqu’à ce qu’ils crachent du sang. Ceci marque la guérison ». « Habitant des épines », vivant dans une zone semi-aride, les Tandroy ont une richesse culturelle inestimable.

Neb P. Babavola, Correspondant d'Akwaba Afrik à Madagascar.

Content created and supplied by: AkwabaAfrik-Info (via Opera News )

culture-madagascar

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires