Sign in
Download Opera News App

 

 

Voici pourquoi l'on qualifie les Agnis de peuple avare !

Le peuple Agnis a longtemps été pointé du doigt. En effet désigné comme le peuple le plus avare de la Côte d'Ivoire, les Agnis ne cesse d'être victime de ces préjugés qui s'intensifient de jours en jours. Cependant qu'est-ce qui est à l'origine de ses préjugés ? Pourquoi les Agnis sont qualifiés d'avare?

Notons que les Agnis sont un peuple d'Afrique de l'ouest vivant en Côte d'Ivoire. Ils sont également présents au Ghana. Il existe plusieurs sous-groupe d'Agni. Ce sont par exemple les Agnis-SANWI d'Aboisso, les Agnis-INDENIE Abengourou Niablé Betié, les Agnis MOROFOU de Bongouanou et les Agnis DJUABLIN Agnibilékro.

Après questionnement de quelques Agnis sur l'origine de l'avarice qu'on leur attributs, plusieurs on répondu en ces termes : " Nous les Agnis nous aimons pas devoir à quelqu'un c'est pourquoi on se bat pour réussir c'est pourquoi on dit que nous sommes orgueilleux après ce effort nous ne devons pas jeter l'argent n'importe où et avec n'importe qui on prépare l'avenir de nos villages et familles si c'est ça être avare alors dommage pour vous"

Où encore : " À quel peuple la générosité où le gaspillage ? Agni fait pas boucan car on nous enseigne la valeur des choses dès les bas âges....on réalise nos projets en général !!! Ya pas maison en case en pays agni...on se bat pour la bonne cause pas pour faire plaisir au gens qui pense à l amusement seulement..."

Ont peut donc affirmé ont que ce peuple qui a été le premier de la région à entrer en contact avec les Européens au xviie siècle, contrairement à ce que les autres peuvent pensé, n'est pas avare mais connais la valeur de l'argent, ce qui est tout à fait différent de l'avarice.

A ce jour, 11% des Agnis vivent à Abengourou, ville centrale de l'ancien royaume de l'Indénié. Le reste du peuple Agni est réparti dans les régions de N'zicomoé, de Zanzan, le royaume du Sanwi et une minorité au Ghana.

Content created and supplied by: EmmaMORO (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires