Sign in
Download Opera News App

 

 

Décédée à 91 ans: Madeleine Tchicaya s'est confiée à Serge Bilé et à Serge Grah avant son départ

Les voix étreintes. Les yeux en larmes. Serge Bilé et Serge Grah. Deux journalistes-écrivains ayant passionnellement côtoyé Madeleine Tchicaya Kacoubla n’en reviennent pas. Celle qu’ils appelaient affectueusement ‘’maman’’ a tiré sa révérence le lundi 27 septembre 2021 à l’âge de 91 ans. Quel parcours honorifique pour cette nonagénaire arrachée à l’affection des siens en pleine période de crise sanitaire de la covid-19. Les enfants de Madeleine ont eu le nez creux d’immortaliser cette 1ère énarque ivoirienne qui a eu pour camarade de classe Marie-Thérèse Brou, l’épouse du Président Félix Houphouët-Boigny. 

Pour en savoir plus, l’écrivain Serge Bilé annonce la couleur avec son approche pathétique. « Il y a quelques mois, lorsque j’ai appelé Madeleine Tchicaya pour recueillir son témoignage pour les besoins du livre sur l’ex-Première dame ivoirienne, elle est revenue sur son parcours, avec des mots simples, qui constituent, aujourd’hui comme hier, la clé de la réussite », se souvient-il avant de faire une confidence sur la diplomate, députée et femme d’affaires.  

« Je garde de mes premières maîtresses le souvenir d’éducatrices hors pair qui m’ont donné, en plus des connaissances académiques, une solide éducation civique et morale, un sens du devoir et de l’éthique », confie-t-elle à l’écrivain qui le rappelle dans son adresse digitale.  

Encore sous le choc, Serge Grah laisse libre cours à ses émotions. Auteur du livre-témoignage « Madeleine Tchicaya en questions », le journaliste écrivain par ailleurs président de l’Association des amis du livre s’accorde sur les qualités de femme de valeurs, un modèle dit-il, pour toutes les générations. « Merci, Maman... Tu as vécu grande et utile ! Tu continueras d'illuminer toutes ces générations d'Ivoiriens et d'Africains qui t'ont en modèle. Repose en paix », souligne-il. 

L’écrivaine menait une vie de retraite tranquille à Oumé. A l’initiative de ladite association, une cérémonie d’hommage a été organisée il y a quelques mois pour lui souhaiter ses vœux d’atteindre 100 ans. Hélas, le destin a décidé autrement. Ennui et fatigue se lisaient sur le visage de la nonagénaire partie pour un voyage sans retour. Pour immortaliser cette pionnière de la littérature ivoirienne, l’Association les amis du livre a initié un prix de son vivant, depuis quelques années. Une grosse perte pour la culture ivoirienne. 

Aimé Dinguy’s N.

Content created and supplied by: AiméDinguy's (via Opera News )

covid-19 madeleine tchicaya serge bilé serge grah

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires