Sign in
Download Opera News App

 

 

Selon la légende, ces peuples sont les véritables alliés des Bétés

Taï est une localité de l'ouest de la Côte d'Ivoire de la région du Cavally, enclavée entre le célèbre Parc National de Taï et le fleuve Cavally faisant frontière avec le Liberia. Autrefois, sous-préfecture du département de Guiglo, Taï a été érigée, le 22 mars 2013 en département (département de Taï) ayant pour chef-lieu la commune de Taï. Deux sous-préfectures y sont rattachées, à savoir Taï et Zagné. Taï possède donc une sous-préfecture et une préfecture.


Taï est le fief de deux groupes ethniques autochtones : les Oubi et les Dao. Les Oubi sont un groupe ethnique faisant partie du groupe des peuples Krou. On les retrouve dans la commune de Taï et dans une dizaine de villages au sud de celle-ci comme les villages de: Gouléako 1, Gouléako 2, Paulé-Oula, Diéré-Oula, Port-Gentil, Tiolé-Oula, Sakré et Ziriglo. Les Dao, quant à eux, sont Guéré (Wé) qui font également partie de la grande famille des Krou. 

Les Dao sont regroupés sur deux villages aux portes de la commune de Taï en allant vers le nord : les villages de Daobly et de Ponan.

On y rencontre également d’autres groupes ethniques ivoiriens comme les Malinkés, les Baoulés, les Sénoufos et les Dans ainsi que des ressortissants ouest-africains comme notamment des Maliens, des Bukinabés, des Guinéens, des Libériens des Nigériens et des Mauritaniens.


Il y a très longtemps de cela, un grand guerrier du nom de Sunajke guida à travers la forêt un groupe d’hommes et de femmes. Certains portaient des armes, d’autres de la nourriture d’autres encore des outils.


Ils avaient quitté l’est et marchaient depuis des jours et des jours à travers l’épaisse forêt tropicale.

Un jour ils atteignirent le fleuve Cavally et rencontrèrent sur la rive un vieil homme vivant là seul. C’était Poli, un grand chasseur mais celui-ci ne possédait plus qu’une machette.


Sunajke, qui voulait aller encore plus loin, au-delà du Cavally, laissa à Poli la garde de sa petite fille qui n'avait que douze ans et remit à Poli une seconde machette. Le vieux Poli promit à Sunajke de la chérir comme sa propre petite-fille.


Six mois avait passé quand Sunajke le guerrier revint chercher sa petite-fille. A sa grande surprise, il trouva la fille enceinte et se mit alors dans une grande colère et menaça tous les deux de les tuer.

La fille supplia Sunajke de les épargner et réussi à amadouer Sunajke jusqu’au pardon.

Sunajke pardonna et reprit son voyage dans la grande forêt. 


Deux ans plus tard, Sunajke le grand guerrier revint sur les rives du Cavally là où se trouvait la case de Poli. En arrivant dans la cour il aperçut le vieux Poli avec un fils et sa fille dont une grossesse était de nouveau visible.


Sunajke, furieux d’avoir était trompé fut une nouvelle fois calmé par sa fille. Cette fois encore il les pardonna et reprit son périple à travers la grande forêt.

Deux nouvelles années passèrent avant que Sunajke repassa sur les terres de Poli. A son grand désespoir il trouva là le vieux chasseur en compagnie de deux fils. Non loin de là sa fille était encore enceinte.


Il jura alors de ne plus jamais revenir et reparti vers le pays d'où il était venu. 


Pendant de nombreuses années encore Poli et la fille de Sunjake eurent des enfants. Et ces enfants eurent également des enfants et les descendants de ces enfants sont ainsi devenus les Oubi.

Content created and supplied by: lepkapkato (via Opera News )

liberia taï

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires