Sign in
Download Opera News App

 

 

La vérité derrière l’Actor's Studio au palais de la culture:"Je n’étais pas obligé", rappelle Bakaba

Ouvert au grand public à partir du début des années 2000, le palais de la culture d’Abidjan fut dirigé premièrement par le cinéaste Sidiki Bakaba et ce jusqu’à son remplacement en 2011, par Koné Dodo.

 

Durant la première décennie de fonctionnement de cet édifice culturel, probablement le plus somptueux de la Côte d’Ivoire, le palais abritait outre les salles disponibles pour les spectacles, une école de formation en actorat, l’Actor’s studio et une bibliothèque pour enfants hébergée dans une carcasse d’un avion Fokker 100 de l’état de Côte d’Ivoire, baptisée ‘’L’oiseau-livre’’.

 

Des structures qui pendant près de 10 ans, auront permis de former de nombreux professionnels du cinéma Ivoirien, ainsi que des enfants qui ont été attirés par le goût de la lecture et de la découverte. Ces structures n’ont malheureusement pas survécu au départ de leur initiateur, Sidiki Bakaba.

 

C’est aussi ce que regrette aujourd’hui l’ex Directeur Général installé en France depuis la fin de la crise postélectorale en Avril 2011. Ce sont des initiatives qu’il a pris personnellement car comme il nous le confiait au cours d’un entretien ce Vendredi 03 Décembre, ‘’Quand j’ai été nommé, je suis venu avec cette vision de Kennedy qui disait : ‘’Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour votre pays’’. A sa manière, il décidait de transposer à Abidjan une réplique de l’Actor’s Studio de New-York aux USA. L’objectif était clair : offrir à la Côte d’Ivoire des acteurs professionnels formés avec les meilleurs techniques de jeux. Tout comme avec l’oiseau-livre d’ailleurs, qui reste l’une des innovations culturelles le plus notables dans le pays.

Pourtant, ni l’Actor’s Studio, ni l’Oiseau-livre, ne faisaient partie des missions qui lui étaient assignées par l’ex chef d’état, Laurent Gbagbo à sa nomination. ‘’J'ai tout inventé de moi-même. Je l'ai fait et ça a donné des fruits’’, indiquait l’acteur empli par le regret immense que tout ceci ne lui pas survécu. ‘’Non, ne n’en étais pas obligé’’, nous rappelait-t-il, puisque d’ailleurs, il n’en recevait aucun retour financier.


Alors qu’il poursuit sa carrière à l’international, l’acteur se réjouit tout de même de ce que plusieurs parmi ses élèves ont réussi à crever l’écran. Toutefois, nous indiquait le réalisateur de ‘’Roues libres’’, il aurait tant souhaité que cette œuvre se prolonge pour permettre à d’autres talents de se forger au contact de la rigueur du métier.

Raoul Mobio

 

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

abidjan sidiki bakaba sidiki bakaba..

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires