Sign in
Download Opera News App

 

 

Il ne faut pas confondre "Paquinou" et fête de Pâques !

Dans une tribune intitulés "Nouvelles du pays" dans les Photomaniacs un groupe de passionné de photos sur facebook, Rola de Babi revient sur l'origine de "Paquinou" qu'il ne faudrait pas confondre avec les fêtes de Pâques.

Aujourd'hui, je vous parlerai de "Paquinou", pas le côté festif mais son origine.

Bon nombre d'ivoiriens ne comprennent pas l'engouement des baoulé pour la fête de la pâques. En réalité, il ne s'agit pas de la fête Pascale chrétienne mais "Paquinou". Retenez ce mot, on n'y reviendra.

Les baoulé (ba ou li : l'enfant est mort) sont un peuple de la Côte d'Ivoire vivant pour la grande majorité au centre du pays et font partie du groupe Akan.

Pour des raisons économiques, on a assisté à des vagues migratoires des populations baoulé au sein de la Côte d'Ivoire :

- La construction du barrage Kossou dans la région de Yamoussoukro

- La culture du cacao et café.

À l'origine, la boucle du cacao regroupait 3 départements : Dimbokro, Daoukro et Bongouanou. Les ressortissants de cette zone étant propriétaires de plantations, n'ont pas véritablement connus de migration. Les rares à être partis, se sont installés dans les départements d'Abengourou et d'Aboisso. Ce qui entraînera dans le milieu baoulé l'expression "abenglou floua" (l'argent d'Abengourou).

Contrairement aux ressortissants de la boucle du cacao, ceux de la zone de Bouaké, Sakassou et environs étaient des employés dans les plantations. Ils ont acquis plus tard par la force de leurs bras des parcelles de terre dans les zones forestières avec leurs hôtes. Ainsi, on observera une autre vague migratoire vers les villes de Oumé, Hiré, Divo, Sinfra... qui sont des villes proches du terroir baoulé.

Au fur et à mesure que la forêt se faisait rare, ils avançaient au point où il y'a des campements dans la région de Tabou.

Pour la petite histoire, on se moque d'eux en disant que n'eut été le fleuve Cavally qui les a arrêtés, ils seraient arrivés au Liberia.

PAQUINOU » un rendez-vous incontournable pour le peuple baoulé !

Toutes ces personnes bien qu'étant loin de leurs villages sont membres des mutuelles de développement de leurs villages respectifs. Ces mutuelles ou associations ont pour vocation l'amélioration des conditions de vie au village (lotissement, électrification, châteaud'eau, construction d’école...). Pour les réunions ou rencontres, il fallait trouver une date qui conviendrait aux travailleurs ou cadres de la ville et aux paysans des basses côtes. La seule date qui a fait l'unanimité est le week-end pascal, pourquoi ?

- Pour le travailleur, c'est un long week-end. Il peut s'absenter sans demander de permission

- Pour le paysan, c'est une période de temps mort car les récoltes ont été faites et vendues. Les travaux champêtres sont donc allégés.

Pendant les préparatifs, vous entendrez fréquemment les baoulé dire : Paquinou Eya, Paquinou eko kan nou ndè qui veut dire à pâques on se verra, on se rencontrera, à pâques on en parlera.

Rolla Debabi New

Si vous aimez les découvertes suivez la sur Instagram (Ahou_l_exploratrice)

Content created and supplied by: JAKMA (via Opera News )

Paquinou Pâques

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires