Sign in
Download Opera News App

 

 

L'orpaillage clandestin dans le N'zi / Le Député Jean Paul Yao : " il faut une alternative crédible"

À la faveur de la sixième édition du n'zi festival à Dimbokro, le commissaire général Alphonse Koffi a organisé une conférence à l'intention des planteurs de café-cacao de la région du n'zi. Celle ci s'est déroulée à l'Institut Fama le samedi 21 mai dernier à Dimbokro. Ces participants ont été instruits sur les conséquences néfastes de l'orpaillage clandestin.

Se prononçant sur les possibilités de lutte contre ce phénomène de l'orpaillage clandestin qui prend de l'ampleur dans la région, le député de Kouassikouassikro l'honorable Jean Paul Yao a fait remarquer que demander aux jeunes gens de mettre fin à cette activité ne sera que peine perdue." Il n'est pas possible aujourd'hui de demande à jeune qui pratique l'orpaillage clandestin d'arrêter parce que c'est dans cette activité que ces jeunes se prennent en charge. C'est une rapide activité rapide génératrices de revenus ( Agr) pour eux."a t il fait savoir. Par contre le vice président de l'Assemblée nationale a proposé qu'en contre partie , il faut pouvoir trouver un paliatif conséquent. Par ailleurs l'honorable Jean Paul Yao a demandé de se pancher sur l'amélioration des conditions la pratique de l'agriculture, entre autres la mécanisation et la modernisation de ce secteur d'activités." On ne peut pas demander aux jeunes de quitter l'orpaillage clandestin si on ne leur propose rien en retour. Il faut proposer une alternative crédible et moins pénible pour les jeunes."a t'il craché.

Ces jeunes selon lui sont pour la plus part des agriculteurs. Mais les conditions de travail de nos jours ne sont pas rentables pour eux. Aussi le parlementaire a t il invité les pouvoir public à moderniser le secteur agricole.

Quant au conférencier professeur Placide Zoungrana, il a édifié les participants sur la difficile voire impossible collaboration entre l'orpaillage clandestin et l'agriculture. Il a indiqué que la lutte efficace contre ce phénomène n'est pas possible en raison de plusieurs et différents intérêts qui sont en jeu. C'est pourquoi, à l'image du porte parole des chefs traditionnels nanan Kotior, il faut opter pour l'organisation de l'orpaillage clandestin.


Concernant l'organisation du secteur de l'orpaillage clandestin, nanan Kotior chef du village d'Ahua, a souhaité que les conditions de constitution des dossiers notamment les frais pour obtenir les documents afin d'être dans la légalité soient revues. " Nous voulons faire des dossiers mais le montant que les gens demandent là, c'est un peu trop. Il faut que l'état revoit ça pour nous."a t il plaidé.


Louh Bertin

Content created and supplied by: DiomandéLouhBertin (via Opera News )

alphonse koffi jean paul yao n'zi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires