Sign in
Download Opera News App

 

 

Un instituteur stagiaire raconte sa condition après sa mutation

Les conditions indésirables des nouveaux instituteurs mutés

FatouDeMam

studio.opera.com

La question de la décentralisation dans notre pays est encore en cours de téléchargement ou du moins l'effectivité de son application est restée dans les textes.

Plusieurs localités sont en manque d'un strict minimum pour espérer le développement. Cependant, dans sa politique de l'éducation, l'Etat a voulu que tous les enfants du pays soient scolarisés. Ce qui a fallu la construction d'écoles dans les zones défavorisées et par conséquent, la mutation d'enseignants dans ces zones. Une réalité qui fâche et qui ne rencontre pas toujours l'assentiment des enseignants nouvellement mutés.

C'est le cas de ce stagiaire de la promotion 2021-2022, désemparé quant aux conditions indésirables de son nouveau poste. Il l'a fait sur la page facebook des instituteurs " Le sursaut des instituteurs " ce vendredi 15 octobre 2021 en ces mots :

" J'ai toujours vecu à abidjan. Ma première sortie pour une formation c'est le cafop sup de yakro. On m'affecte a divo, dans mon IEPP, on me met dans un village sans eau, ni électricité, ni logement maître. Je me rends là-bas, on me signifie que je dois dormir dans une maison en banco chez une maman de plus de 60 ans à peu près. Les amis, je suis depassé, je n'ai pas le moral. Je suis tellement abattu. J'ai pas de mots. Dans quelle condition je pourrai faire mes fiches sans réseau en plus; suis tellement enclavé que j'ai mal, suis complètement deboussolé la famille ".

Comme on le dit: " C’est l'homme qui fait son milieu ". Espéront qu'il s'en sorte car nombreux sont les enseignants qui meurent dans ces localités indésirables !

Content created and supplied by: FatouDeMam (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires