Sign in
Download Opera News App

 

 

Malgré les années de crises précédentes, les ivoiriens n'ont rien perdu de leur jovialité

Les blagues, les plaisanteries et l'accueil en fanfare sont l'apanage des peuples ivoiriens. Les ivoiriens

sont pour la plupart de grands taquins. En Afrique, cette réputation les précède. La plaisanterie, le jeu, la bonne humeur caractérisent presque tous les ivoiriens. Il existe en Côte d'Ivoire, le fameux "attachement" qui est une taquinerie ou bizutage verbal dont les peuples ivoiriens aiment utiliser pour plaisanter et passer un moment dans la gaieté.

Voilà le résumé des ouï-dire sur quelques peuples ivoiriens.


En Côte d'Ivoire, les peuples sont empaquetés ou étiquettés selon leur origine. Cela n'a rien de malsain, juste la continuité des jeux d'alliance, facteur de paix et de cohésion sociale.

Le fameux « Toukpê » ou jeu d'alliance dont les peuples ont entretenu l'existence avec soin pendant plusieurs décennies pour maintenir la paix et la cohésion sociale a pris un sacré coup au moral avec les différentes crises ivoiriennes. Mais, n'a pas fléchit.

Aujourd'hui, les jeux d'alliances tendent à englober tous les ivoiriens (alliés et non-alliés)

Voici ce qui se dit sur les peuples ivoiriens dans la bonne humeur.

Les agni et les Senoufo par exemple sont étiquettés d'avares. Les Bété de coureurs de jupons et de paresseux tandis que les gouro de bagarreurs et de nymphomanes. Les femmes baoulé sont indexées comme des chercheuses de blancs, tandis que les hommes baoulé, de grands dégustateurs de vins.

Ces idées reçues bien que disposant d'aucune étude préalable sont partagées sur le net avec plaisanterie et poussent les concernés à se justifier sans cesse.

En réalité, tout ceci n'est pas une vérité ecclésiastique. L'avarisme est inhérente à toutes les ethnies de même que la bagarre n'a pas de langue vernaculaire propre.

Cela dit, ces Idées reçues ont la particularité de rapprocher les ivoiriens car ces derniers peuvent se taquiner grâce à elles, dans la bonne humeur et même créer des liens d'amitié.

Sur les réseaux sociaux, les posts dans ce sens suscitent rigolades et bonnes humeurs. Tant mieux !

Mais attention, il faut le faire en maintenant le respect de l'autre et évitant d'aller plus loin, lorsque l'interlocuteur n'est pas ouvert à ce type de plaisanterie.

La paix rien que la paix entre ivoiriens.

JMD

Content created and supplied by: JMDinfos (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires