Sign in
Download Opera News App

 

 

Ce peuple ivoirien a la plus belle danse traditionnelle

Le zaouli désigne en Côte d'Ivoire, à la fois un masque et une danse traditionnelle du peuple Gouro mais aujourd'hui adopté par un grand nombre d'autres groupes ethniques la danse s'est étendue à l'ensemble des peuples voisins du peuple Gourou. Synthèse des deux masques, le boulou et djela, le zaouli est de ce fait également appelé « djelalou zaouli » qui signifie littéralement « Zaouli fille de Djela ». 


Créé à Zrabi Séhifla dans les années 1950 par Ouinnaila, le masque zaouli est animé durant ses prestations, par un rythme du même nom. Le premier danseur porteur de ce masque est Kouaï Bi Voïzié. Le masque zaouli est réputé détenir des pouvoirs permettant d'accroître la productivité du village dans lequel il est pratiqué

En Côte d'Ivoire cette danse fait l'unanimité. Elle est lien entre toutes les danses du pays basées avant tout sur la dextérité et l'agilité du danseur. Les meilleurs d'entre eux qui furent auditionnés par un jury de l'UNESCO, avant son classement au patrimoine mondial, furent chronométré à plus 200 pas minute.


Le zaouli en Côte d'Ivoire et où qu'il soit dansé, créé une sorte d'enivrement chez les spectateurs. Au plan purement artistique, le zaouli se distingue par la finesse des traits du masque et sa jovialité, la beauté de la danse et sa grâce qui en font un spectacle fort apprécié dans les manifestations publiques. 

Adoptée par tous les villages Gouro, cette danse a gagné en notoriété et sa pratique s'est étendue bien au-delà de la région du centre-ouest de la Côte d'Ivoire.


Le Zaouli désigne une danse et une musique populaires pratiquées par les communautés gouro, dans les départements de Bouaflé et de Zuénoula, en Côte d’Ivoire. Hommage à la beauté féminine, le Zaouli s’inspire de deux masques : le Blou et le Djela. Son autre nom, « Djela lou Zaouli », signifie « Zaouli, la fille de Djela ». Le Zaouli associe, dans un même spectacle, la sculpture (le masque), le tissage (le costume), la musique (l’orchestre, la chanson) et la danse. 

Le masque Zaouli se décline en sept masques faciaux traduisant chacun une légende spécifique. Les détenteurs et les praticiens sont les sculpteurs, les artisans, les instrumentistes, les chanteurs, les danseurs et les notables (garants des coutumes et des traditions de la communauté). Le Zaouli possède une fonction éducative, ludique et esthétique. Porteur de l’identité culturelle de ses détenteurs, il contribue également à la préservation de l’environnement, et favorise l’intégration et la cohésion sociale. 


La transmission de l’élément s’opère à l’occasion des représentations musicales et des séances d’apprentissage. Les amateurs en apprennent la pratique sous la supervision de praticiens expérimentés. La viabilité du Zaouli est assurée grâce aux représentations populaires, organisées deux à trois fois par semaine par les communautés. La chefferie traditionnelle, garante des traditions, joue également un rôle clé dans le processus de transmission. 


Les festivals et les concours de danse inter-villages constituent également d’autres opportunités de revitalisation. Des activités de recherche et de documentation sont également en cours.

Content created and supplied by: Leverdade (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires