Sign in
Download Opera News App

Lifestyle

 

Home Garden

 

L'horticulture, un métier en plein essor à Yamoussoukro

L'horticulture, un métier en plein essor à Yamoussoukro

Ville assez particulière de par sa richesse en source d'eau, Yamoussoukro offre un paysage à part entière aux visiteurs. Capitale écologique, elle garde une poésie végétale vitale extraordinaire.

Quelques berges de ces lacs artificiels sont exploitées par des personnes qui ont su recréer un environnement qui fait rêver avec les plantes, les fleurs. Très diversifiées, elles sont en général envasées dans des pots bien modelés.

L'art de cultiver ces plantes ornementales est appelé l'horticulture. Et la personne qui fait cette activité est un horticulteur. Les produits de l'horticulture sont utilisés à plusieurs niveaux : au niveau de la décoration d'intérieur, la décoration de plein air, l'alimentation, etc.

A Yamoussoukro, les horticulteurs sont nombreux, chacun avec sa spécificité.

Nous avons rencontré Monsieur Silué Aboubacar ce mardi 18 mai 2021 dans son espace aux couleurs rayonnantes au parfum de la douceur des plantes à ciel ouvert. Il pratique ce métier depuis son enfance. Bon élève de son père depuis sa tendre enfance à Azaguié, Silué a réussi à comprendre le langage des plantes.

Et depuis, l'horticulture est devenue son quotidien, une partie de lui-même. Il vit entièrement de cet art pourvoyeur d'emploi. Installé entre le quartier des 220Lgts et Assabou, il occupe les abords du Lac non loin du carrefour cimetière Assabou.

Son art, il le doit à son père. Quand Silué parle de l'horticulture, il est comme un homme qui parle de son bel amour, le bonheur de sa vie. Oui, avec l'horticulture, il gagne bien sa vie ici à Yamoussoukro. "Qui ne rêve pas d'un environnement beau, agréable au parfum de l'hibiscus ou encore de la Rose Reine des jardins ? renchérit-il au passage.

Les habitants s'intéressent davantage aux plantes sorties du moule des mains de Silué qui offre tous les jours toute sa disponibilité à la vie des plantes. "Les plantes, dit-il, elles naissent, elles respirent, elles vivent comme nous et c'est pourquoi elles ont besoin d'un minimum d'attention, de respect. Une ville avec des rues bordées de plantes bien choisies, donne plus envie de visiter. Il y a des plantes de plein air et des plantes de l'ombre. Les plantes ont un rôle régulateur tant pour le climat que pour l'équilibre de la nature. Nous avons besoin d'elle pour vivre. Mon souhait est que les collectivités locales travaillent avec nous les horticulteurs car nous connaissons mieux les plantes qui sont idéales pour l'embellissement de la ville."

Nous sommes édifiés quand nous apprenons que les fleurs qui bordent cette rue ont été plantées, entretenues par lui et à ses frais. Quel don de soi !"Je me suis installé après le caniveau comme l'exige la loi en la matière. Mais, je prends soins de l'espace qui me sépare de la route." ajoute-il.

Monsieur Silué nous informe de ce que les clients s'intéressent plus aux fleurs surtout quand il pleut. Par contre, durant la saison sèche, les gens s'intéressent de moins en moins aux plantes. Sinon, le métier est très plaisant et nourrit bien. C'est un domaine où il faut être très patient et qu'il faut aimer avant de le pratiquer. Il a la vocation d'embellir avec les plantes des domiciles, des espaces publics à la demande.

Avec plus de deux espèces de plantes dont la fameuse Ylang Ylang (plante à parfum), la cordyline, le cactus, l'espace végétal de Silué nous interpelle. Son engagement pour l'entretien de l'environnement est profond. Et ce dévouement, il le partage avec sa famille qui s'approprie également ce métier, faisant de ce choix une entreprise familiale.

A la cinquantaine, l'horticulteur demande à la jeunesse de s'éloigner de la facilité (le goût du gain facile) et d'accepter de se former dans des métiers prometteurs tels que l'horticulture.

Pétanlan.

Content created and supplied by: Petanlan (via Opera News )

Yamoussoukro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires