Sign in
Download Opera News App

 

 

L'oubli est un phénomène normal. Apprenez à votre enfant à faire un bon usage de sa mémoire

Gaston Bachelard, dans l'une de ses citations, écrivit : << Enfants, nous étions peintre, modeleur, botaniste, sculpteur, architecte, explorateur. De tout cela qu'est-il advenu?>>

À travers cette citation, nous comprenons que l'enfant grâce au jeu qui est en effet le travail de celui-ci exécute toutes les activités quotidiennes de l'adulte. Mais ce qu'il deviendra plus tard en fonction de ses aptitudes dépendra en partie de sa capacité à mémoriser ce qu'il a appris. C'est pour cela que nous avons trouvé d'autant plus nécessaire d'écrire cet article pour guider les parents dans l'éducation de leurs enfants.

S'appuyant sur "les 101 conseils pour développer l'intelligence de votre enfant" du Docteur Pierre Solignac et de Anne Serrero, psychologue, nous avons pu relever quelques conseils relatifs au développement mnémonique de votre enfant.

Il est dit en substance dans le document que très fréquemment, le laps de temps entre la leçon apprise et la leçon non sue est très court. Le facteur temps n'explique pas totalement l'oubli.

De plus, Les expériences psychologique ont bien montré que l'oubli était surtout dû à l'interférence entre les activités mentales successives qui se nuisent les unes les autres, soit que celle qui succède à une autre en empêche la fixation ou l'évocation ultérieure ( on parle d'inhibition rétroactive), soit que celle qui précède l'autre empêche par sa propre persévération la constitution du souvenir de la suivante ( on parle d'inhibition proactive).

Cette interférence entre deux activités mentales est d'autant plus importante qu'elles sont plus rapprochées dans le temps et qu'elles se ressemblent plus.

Par ailleurs, l'intensité de l'effort mental nécessité par une activité succédant à une mémorisation semble en perturber la fixation ( par résolution des problèmes difficiles faisant suite à une leçon facile).

Enfin l'interférence entre deux activités successives paraît aussi proportionnelle à la fragilité de chacune d'entre elles. Elle est d'autant plus marquée que les données à fixer ont moins de signification pour le sujet et qu'elles sont plus nouvelles. Il faut apprendre à l'enfant à tenir compte de ces interférences.

Tous les enfants peuvent apprendre à organiser leur travail : phase de repos suffisante entre deux efforts intellectuels importants, relire ou réécouter les leçons les plus difficiles juste avant de s'endormir, grouper son travail en tenant compte des interférences, le même soir ne pas faire un problème de mathématiques difficiles avant d'apprendre une leçon d'histoire, ne pas grouper les leçons d'allemand, d'anglais ou d'espagnol.

L'idéal est d'obtenir de l'enfant qu'il travaille régulièrement et qu'il répartisse son travail par soirées, c'est-à-dire qu'il consacre chaque soirée à un type de travail et d'apprentissage. Il rentabilisera ainsi au maximum sa fonction mnésique.

Content created and supplied by: Yelauvie (via Opera News )

gaston bachelard

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires