Sign in
Download Opera News App

 

 

Jeunes filles décédées à Koumassi : faut-il remettre en cause les parents ou la société ?

La tragique situation des jeunes filles décédées suite à une intoxication dûe à une overdose, continue de susciter des questions face à la responsabilité des parents et de la société des travers de la jeunesse.


Le drame survenu le 11 janvier 2022, a ému plus d'une personne. Il va sans dire que les circonstances exactes de la mort de ces jeunes filles restent à élucider. Cela dit, en tant qu'observateurs et critiques, nos préoccupations reposent sur la responsabilité des parents et de la société face à ce drame.

1- La responsabilité des parents:

Elle est tout à fait essentielle et déterminante pour le drame. D'abord les parents sont censés éduquer et suivre le train de vie de leurs enfants surtout dans la période de l'adolescence. Comment comprendre que de jeunes adolescentes semblent mener une vie déréglée à l'insu de leurs géniteurs ou tuteurs ? Des jeunes filles qui s'associent pour louer des appartements meublés afin de gérer leurs activités nébuleuses. Quel scandale !!! Quelle démission des parents !!! Où allons-nous ? Le mal reste profond et la sentence reste sévère envers les parents. Quant à la société, elle est aussi comptable de ce drame.

2- La responsabilité de la société

La société a une place notable dans ce drame dans la mesure où elle a failli à sa vocation d'éducation, de prévention, d'encadrement et d'assistance. D'abord les propriétaires et hussiers immobiliers devraient éviter de cautionner la location des appartements par des filles mineures (15ans à la vingtaine). Car généralement et de façon implicite la plupart de ces filles utilisent ces appartements comme maisons closes.

Aussi le gouvernement devrait mettre en permanence une cellule d'enquête et de suivi concernant la vie des filles mineures et adolescentes qui vivent de façon isolée. Par ailleurs, il doit ranger cette catégorie de filles mineures isolées sous l'étiquette des "filles en situation de détresse" tout en créant des structures pour leur prise en charge, leur encadrement et leur rééducation. Enfin le gouvernement doit mettre en alerte et en haleine l'opinion publique face aux cas de ces filles qui vivent de façon isolée dans des appartements.

Autres facteurs notables, les réseaux sociaux, il faut souligner qu'ils impactent souvent négativement sur le mode de vie de la jeunesse avec son lot de convoitises matérielles et de vanités. Cela dit les jeunes filles souvent même adolescentes s'adonnent au phénomène de la prostitution en ligne dit "bizi ".

Eu égard à tous ces facteurs qui couronnent ce drame, il est grand temps pour le gouvernement et les parents d'enfants de prendre leurs responsabilités afin que pareil drame ne se produise.

Content created and supplied by: LincolndeBaltazar (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires