Sign in
Download Opera News App

 

 

Après les sanctions de la CEDEAO, A. Goïta rassure le SG de l'ONU et tente de trouver des soutiens

Le 09 janvier dernier, les dirigeants de la CEDEAO prenaient des sanctions jugées dures contre le Mali. Malgré la pression, Assimi Goïta veut rester droit dans ses bottes.

Après les mesures austères de la CEDEAO, le gouvernement malien n'entend pas abdiquer. La récente mobilisation du peuple malien, le 14 janvier passé, a encore réconforté les militaires dans leur démarche. Pourtant, Assimi Goïta le sait, avec la communauté internationale à dos, il sera difficile de tenir.

Dans un entretien, ce mercredi, avec Antonio Guterres, SG de l'ONU, le Colonel Assimi Goïta a exprimé sa vision et expliqué la nécessité pour la communauté internationale d'assister son pays. « J’ai eu un long entretien téléphonique avec le SG des Nations Unies Antonio Guterres ce soir. Je lui ai transmis notre engagement pour un retour à l’ordre constitutionnel normal, apaisé et sécurisé et l’ai invité à encourager la communauté internationale à accompagner notre pays en plaçant l’intérêt supérieur de la population malienne au-dessus de toute autre considération », a tweeté le président de la transition malienne.

L’appel du colonel Assimi Goïta va-t-il avoir un écho favorable au sein de la CEDEAO et de la communauté internationale ? Ce qui est déjà sûr, c'est que les sanctions contre le Mali ne laissent pas les dirigeants de la CEDEAO, eux-mêmes indifférents. En visite au Gabon, le lundi 17 janvier dernier, le président Alassane Ouattara a souligné que c’est à leur « corps défendant » que les dirigeants de la CEDEAO ont décidé des sanctions économiques et diplomatiques à imposer au Mali.


Dégnimani Yéo

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

alassane ouattara cedeao mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires