Sign in
Download Opera News App

 

 

Burkina Faso : Des tirs nourris entendus dans les casernes depuis ce matin, le gouvernement rassure

La situation est confuse au Burkina Faso. Les casernes sont en ébullition depuis la nuit du samedi 22 janvier à ce dimanche 23 janvier 2022. Le gouvernement se veut rassurant et pourtant, les crépitements d’armes de guerre se font toujours entendre au moment où nous écrivons ces lignes. La rue était ce samedi 22 avril le théâtre d'affrontements (photo Web)

Les populations burkinabè ont été réveillées en pleine nuit par des détonations. Des tirs nourris sont en effet entendus dans les principaux camps militaires du Burkina Faso. Dans la capitale Ouagadougou, les armes de guerre ont tonné dans le principal camp militaire, Sangoulé Lamizana et au camp du Général Baba Sy.

Nos contacts au Burkina Faso indiquent que des tirs sont aussi entendus dans les camps militaires de Kaya et Ouahigouya dans le nord du pays. Que se passe-t-il réellement ? S’agit-il d’une simple mutinerie et pour quels motifs ? Est-ce une tentative de coup d’État, vu la tension socio-politique extrême de ces derniers jours au Burkina ?Des tirs nourris entendus dans les principales casernes depuis ce dimanche (photo: Jeune Afrique)

Faut-il le noter, le Lieutenant-Colonel, Emmanuel Zoungrana, commandant du groupement des forces du secteur ouest ainsi que 7 autres militaires ont été mis aux arrêts, le 10 janvier 2022 pour « tentative de coup d’État ». Depuis, l’officier supérieur très estimé par la troupe est gardé au secret au camp militaire, Sangoulé Lamizana. La colère des hommes en armes est-elle liée à cette affaire ? Pour l’heure, rien n’est vraiment clair et les rumeurs vont bon train.

En réaction à toutes ces rumeurs, le Porte-parole du gouvernement du Burkina Faso, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Alkassoum Maïga a lu sur les antennes nationales, un communiqué laconique. « Des informations véhiculées dans les réseaux sociaux tendent à faire croire à une prise de pouvoir par l’armée, ce jour 23 janvier 2022. Le gouvernement tout en reconnaissant l’effectivité des tirs dans certaines casernes, dément ces informations et appelle les populations à rester sereines. Il réaffirme sa confiance à notre armée qui demeure républicaine. Force et courage à nos Forces de défense et de sécurité (FDS) et Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) » indique ce communiqué.Roch Christian Kaboré face à une autres situation délicate (photo Web)

Pour sûr, il y a de l’eau dans le gaz. « Ces tirs nourris » dans les casernes interviennent au-lendemain de manifestations dans tout le pays, en soutien au peuple malien, à l’appel des mouvements panafricanistes. Les griefs contre le Président Burkinabé, Roch Marc Chistian Kaboré sont nombreux. Entre autres, il est accusé « d’incompétence » et surtout d’avoir participé à la prise des sanctions contre le « peuple frère du Mali ». Les heures qui viennent seront donc décisives pour le régime de l’ancien compagnon de Blaise Compaoré.

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

burkina faso

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires