Sign in
Download Opera News App

 

 

KS Bloom et le charlatan, un témoignage qui continue de faire parler

Un court témoignage. Et une grosse polémique ! Le jeune chanteur KS Bloom est au centre des critiques, depuis qu'il a livré sur le plateau de la télévision NCI un pan de son passé. Justement, celui-ci est en rapport avec son parcours artistique, alors qu'il était encore un parfait inconnu du grand public. C'était à deux mois de sa conversion chrétienne, à l'en croire.

Il explique que sa quête de succès l'a conduit à consulter un charlatan. Ce dernier lui recommande de faire un bain de minuit "pendant trois jours d'affilés", dans un endroit découvert. «J'ai dû me laver à minuit dans une maison inachevée. Tout ça pour réussir dans la musique», révèle-t-il. Une pratique occulte effectuée deux mois avant sa conversion qui, elle-même, date d'environ trois ans.

Dans ce contexte, la confession du chanteur adulé n'est pas passée inaperçue et son succès fulgurant prête naturellement le flanc aux critiques. «Frangin, c'est l'effet qui est sur toi actuellement et tu penses que c'est Jésus. Des médicaments, quand tu te laves avec, ils prennent effet quelques années après», croit savoir l'internaute Oumar Saha Koné.

Vrai ou faux ? Si certains partagent cet avis, d'autres se veulent plus perplexes, comme Geneviève Amané : «Il a bien dit qu'il a eu recours à cela avant sa conversion et qu'à l'époque il voulait percer dans la musique rap», écrit-elle. Tandis que Sebri Inin Paule Flora affirme que "c'est pour gâter la réputation du jeune" : «Sinon, un charlatan ne peut rien créer. C'est la grâce de Dieu qui fait tout», ajoute-t-elle. Pour sa part, Tchicko Traore se veut plus incisif, parlant de KS Bloom : «Je ne vois pas ce que tu chantes pour avoir tant de succès.» 

En tous les cas, le jeune chanteur est peut-être victime de sa popularité. Puisque le même témoignage pour un chanteur moins connu n'aurait certainement pas fait autant de vagues. Néanmoins, KS Bloom a le mérite d'avoir été sincère. Il va falloir travailler la façon de rendre ses témoignages. Autrement, ils peuvent prêter à confusion. «Vous voyez comment vous véhiculez mal les messages non ?», fait remarquer Brigitte Kouamé. 

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

ks bloom oumar saha

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires