Sign in
Download Opera News App

 

 

San Pedro : les autorités de la ville portuaire invitées au respect des droits des PUD

Inviter les autorités administratives, politiques, militaire et traditionnelles, aussi bien au niveau national que local, au respect des droits des personnes usagères de drogues, tel était l’objectif que poursuivait l’ONG APROSAM et ses partenaires à travers la campagne mondiale de sensibilisation « SUPPORT. DONT  PUNISH », du français, « SOUTENONS. NE PUNISSONS PAS ».

Dans le cadre de cette campagne de sensibilisation, et ce, en prélude à la commémoration de la Journée Internationale de Lutte contre l’Abus et le Trafic Illicite des Drogues qui se tient le 26 Juin de chaque année, l’ONG APROSAM, en collaboration avec le Réseau Ouest Africain des Politiques en Matière de Drogues (WAPDN), avec le soutien du Consortium International sur les Politiques des Drogues (IDPC) et de Médecins du Monde (MdM), a mené une série d’activités à l’intention des Personnes Usagères de Drogues (Pud). Une occasion pour cette Organisation Non Gouvernementale et ses partenaires de faire un plaidoyer en faveur de la  promotion de meilleures politiques des Drogues mettant la priorité sur la santé publique et les droits humains.

Placée sous la présidence du préfet de région, préfet du département de San Pedro, cette activité qui s’inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre du projet « YA PAS DRAP », a démarré par un défilé depuis le Rotary Club de San Pedro jusqu'au Centre Espérance de l'ONG APROSAM où une cérémonie officielle a été organisée en présence des Autorités Préfectorales, Sanitaires, Civiles et d'une trentaine de Personnes Usagères de Drogues (PUD).

Plusieurs interventions ont meublé cette cérémonie. Ce sont entre autres celles de la Représentante du Préfet de Région, de la Secrétaire du Conseil d'Administration de l'ONG APROSAM, de la Coordonnatrice Régionale de la Commission Nationale des Droits de l'Homme (CNDH), de la Représentante de la Directrice de la Clinique Juridique, du Staff Projet « YA PAS DRAP » et des PUD.

Au vue de l'objectif de cette campagne, 13 PUD ont été enrôlés à la CNAM pour bénéficier des avantages de la Couverture Maladie Universelle.

Cette journée a pris fin par la projection d'un film présentant les actions menées dans le cadre du Projet.

Rappelons qu’entre 2015 et 2017, Médecins du Monde (MdM) a mis en œuvre la première phase de son programme de Réduction des Risques (RdR) auprès des Personnes Usagères de Drogues (PUD) suite à une étude bio-comportementale auprès de 450 consommateurs réguliers de drogues (héroïne, Cocaïne/crack) en 2014 dans la ville d’Abidjan. L’objectif général a été de contribuer à réduire les taux de mortalité et de morbidité pour les maladies infectieuses des Populations Usagères de Drogues (PUD) en Côte d’Ivoire.

Cette phase a été l’occasion de mener un fort plaidoyer pour un meilleur accès des PUD aux services de santé et la prise en compte de leurs besoins spécifiques en mobilisant les programmes nationaux et en travaillant notamment avec trois partenaires de mise en œuvre (CROIX BLEUE, ESPACE CONFIANCE et ASAPSU) et 6 associations communautaires (FOYER DU BONHEUR, PAROLES AUTOUR DE LA SANTE, LA FONTAINE, LA RELEVE, ANONYME, UNICO).

Une 2ème phase du programme a été formulée et a reçu le soutien financier de plusieurs partenaires (L’Initiative, l’AFD, le FM via Alliance CI/NFM2 et Alliance Sénégal/PARECO) pour la période 2018-2020.

Elle a permis de consolider les acquis de la première phase notamment avec l’ouverture en Août 2018, du premier Centre d’Accompagnement et de Soins en Addictologie (CASA) pour une meilleure prise en charge holistique des PUD bénéficiaires. Par ailleurs, au niveau étatique, les traitements de substitution (TSO) sont retenus pour faire partie de l’offre de prise en charge médicale en Côte d’Ivoire, chez les PUD. Les partenaires de mise en œuvre (PMOs) retenus ont été ASAPSU et ESPACE CONFIANCE.

Cette 2ème phase a vu une forte mobilisation d’acteurs locaux (12 OSC) et nationaux (PNLTA, PNLS, PNLT) autour du projet, avec une accentuation des actions de plaidoyer auprès des autorités administratives, judiciaires et des forces de sécurité (Police, Gendarmerie). Cependant, les défis restent encore nombreux notamment chez les PUD du grand Abidjan et surtout des villes de l’intérieur du pays.

C’est pourquoi une 3ème phase d’une durée de 3 ans (2021-2023) a été formulée et a obtenu un financement de L’Initiative et du Fonds Mondial/NFM3 via Alliance CI.

Pour cette 3ème phase, le programme de réduction des risques qui s’étend sur le Grand Abidjan est également déployé dans 3 grandes villes de l’intérieur du pays à savoir San Pedro, Bouaké et Yamoussoukro, avec désormais 4 partenaires de mise en œuvre : ASASPU (à Abidjan centre, nord et ouest), ESPACE CONFIANCE/CASA (à Abidjan-sud), ENDA SANTE (à Bouaké et Yamoussoukro) et APROSAM (à San Pedro).

Spécifiquement dans la ville de San Pédro, l’ONG APROSAM pilote la mise en place du deuxième centre communautaire de PEC des Personnes Usagères de Drogues en Côte d’Ivoire après celui du Centre d’Accompagnement et de Soins en Addictologie créé à Abidjan en 2018.

Le centre de PEC communautaire a la spécificité d’être un centre proposant en plus des services médicaux habituels, des services de bas seuil, des activités communautaires et collectives parmi lesquelles les célébrations des journées internationales entre autres la Journée Internationale de Lutte contre l’Abus et le Trafic Illicite des Drogues, le 26 juin de chaque année.

Content created and supplied by: LeRafiki (via Opera News )

APROSAM Personnes Usagères de Drogues

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires