Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d’Ivoire : on casse des maisons pour le métro mais on refuse de le faire pour sauver des vies

La saison des pluies bat son plein à Abidjan avec son corollaire de sinistres. Et comme chaque année, la Riviera Palmeraie n’y échappe pas.

 

Quartier huppé de la Commune de Cocody, la Riviera Palmeraie abrite de nombreux cadres et hommes fortunés du pays. On y trouve donc des habitations et immeubles de haut standing. Pourtant, lorsqu’arrive la saison des pluies, même les bidonvilles abidjanais n’envient pas la situation de riverains de ce quartier. Entre inondations monstres et effondrement d’immeubles, c’est une vraie galère qu’ils vivent. Malgré les travaux d’assainissement, chaque année on assiste tristement au même spectacle. Si certains estiment que cela est dû au fait que le quartier soit construit dans un bassin, d’autres pensent que c’est parce certaines habitations ont été bâties sur les caniveaux et le passage de l’eau.

Le problème semble être identifié et la solution idoine pourrait être le rasage de ses habitations bâties en faisant fi des normes environnementales. Cependant, l’on est surpris que gouvernement et les autorités compétentes tardent à le faire. Pourquoi ces tergiversations pour casser ses maisons qui obstruent le passage naturel des eaux de ruissellement et éviter ainsi les dégâts et les morts qu’on enregistre ? Pourtant, on est moins hésitant à mettre les abobolais dehors pour une ligne de métro, c’est avec des bulldozers qu’on réveille les populations d’Attécoubé qui se sont retrouvé sur le tronçon du 4ème pont.

Est-ce à cause du standing du quartier, de la qualité des personne qui y vivent ou encore des fortunes qui ont été englouties dans les constructions ? Pendant combien de temps, va-t-on continuer avec les petits arrangements avec les lois et textes quand il s’agit des riches et des hommes "puissants" ? Quel sacrifice peut-être plus grand que la préservation de la vie humaine ?

Content created and supplied by: Donald_TK (via Opera News )

côte ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires