Sign in
Download Opera News App

 

 

Crise au Burkina Faso : comme le Mali, les mutins vont-ils se retourner vers la Russie ?

Des militaires burkinabés conduits par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), ont annoncé sur la télévision nationale (RTB) « avoir mis fin » au pouvoir du président Marc Christian Kaboré. Une décision qui devrait permettre, selon eux, de remettre le pays « sur le bon chemin ». Les putschistes ont de même annoncé avoir suspendu la Constitution et dissout le gouvernement et l'Assemblée nationale, tout en s'engageant au « retour à un ordre constitutionnel » dans « un délai raisonnable ». Mais la CEDEAO qui se dit outrée par ce coup de force des militaires qui marque un recul démocratique majeur pour le Burkina Faso, a annoncé dans les jours prochains un sommet qui lui permettra d'examiner la situation au pays des hommes intègres. L'organisation sous-régionale a même reçu le soutien du président Français Emmanuel Macron. Cette crise au Burkina Faso, faut-il le remarquer a un lien étroit avec celle dit Mali : la lutte contre le terrorisme qui bat son plein depuis de nombreuses années.

Malgré diverses interventions étrangères et nationales, le combat est loin d’être gagné. Les terroristes infligent constamment des pertes militaires et civiles. Dans l'objectif de calmer le jeu, le nouvel homme fort du Burkina Faso pourrait pourquoi pas autoriser le groupe wagner qui serait présent au Mali voisin à intervenir dans le pays. Grâce à ces méthodes de combat uniques, le groupe russe a fait ses preuves au Mali en gagnant du terrain parmi les terroristes opérant dans la région. Pour preuve, lors de l'appel à la mobilisation lancée par les autorités maliennes, le vendredi 14 janvier 2022, à la place de l'indépendance à Bamako, Choguel Maïga, premier ministre Malien avait déclaré avec fierté que son pays réalisait ce qu'il n'a jamais réalisé en terme d'arrestation de djihadistes et de démantèlement de réseau depuis 20 ans. Une déclaration qui pourrait tenter le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba et ses hommes. Qui vivra, verra !


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

Burkina Faso Mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires