Sign in
Download Opera News App

 

 

Coup d'État au Faso : pour un juriste, c'est le triomphe du djihadisme et le recul de la démocratie

La déclaration du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) ce lundi a consacré la confirmation du renversement de Roch Marc Christian Kaboré au Burkina Faso. Pour Pierre Soumarey, cela ne nous fait pas avancer.

À la télévision nationale ce lundi, les putschistes du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) ont affirmé avoir pris le pouvoir. Dans la foulée, le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba et ses frères d’armes ont annoncé la dissolution de la constitution, de l'Assemblée nationale, du gouvernement.

Tout cela enchante peu le juriste Pierre Soumarey, écrivain et essayiste Franco-ivoirien. Pour lui en effet, cet autre coup de force militaire dresse le lit à la propagande terroriste. « On peut dire que le coup d'Etat militaire qui a eu lieu au Burkina Faso (…), consacre à la fois le triomphe politique du djihadisme qui devient de fait un déterminant du pouvoir politique dans l'espace francophone de la CEDEAO, et marque une profonde régression de la démocratie par une militarisation anachronique de celui-ci. Pauvre Afrique, quand on pense qu'il se trouve des gens pour justifier et soutenir le phénomène », a indiqué le juriste ce lundi.

Pour rappel, au Burkina Faso comme avant au Mali, la faiblesse de la riposte face à l'avancée terroriste est l'une des raisons énoncées par les militaires pour prendre le pouvoir. Au-delà des problèmes sécuritaires que posent le terrorisme, celui-ci commence malheureusement à affecter inéluctablement la stabilité des institutions politiques en Afrique de l'ouest. 


Dégnimani Yéo

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires