Sign in
Download Opera News App

 

 

Coup d’Etat au Burkina: voici les premières résolutions prises par la junte militaire Burkinabè

C'est officiel! Le Président Roch Kaboré a été poussé à la démission par des hommes en armes issus des rangs de l'armée burkinabè. Dans une déclaration diffusée sur les ondes de la Radiotélévision Burkinabè (RTB), la junte désormais aux commandes du pouvoir au Burkina Faso a énuméré une série de décisions dont la dissolution immédiate du gouvernement Kaboré. Le Média Wakat Séra en parle dans ses lignes.

Paul- Henri Sandaogo, le nouvel homme fort du Burkina.

Jusqu' ici c' est un homme peu connu des médias web nationaux et internationaux. Ainsi à l' image du Colonel Assimi Goita du Mali et du Colonel Mamady Doumbouya de la Guinée- Conakry, le Lieutenant- Colonel Paul- Henri Sandaogo est le nouvel homme fort de Ouagadougou. Cela à la suite d' un Putsch militaire précédé d' une grande incertitude dans le pays.

À la tête du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), Le Lieutenant- Colonel Paul- Henri Damiba assure jusqu' à nouvel ordre les fonctions de Chef de l' Etat selon que l' indique le communiqué lu des mains du capitaine Sisdoré Kader Ouédraogo assisté de plusieurs camarades en armes. L' information est rapidement relatée par le média web Wakat Séra en date de ce 24 janvier dernier.

Officier supérieur d' Infanterie dans l' armée Burkinabè et diplômé de l' école militaire du Mali, le nouvel homme fort du pays des hommes intègres bénéficie du soutien d' une bonne tranche de la population burkinabè. Ainsi, les premières résolutions de la junte militaire burkinabè sont connues.

Suspension de la Constitution et fermeture de toutes les frontières

Comme un scénario de déjà vécu en Afrique de l' Ouest, la junte malienne a immédiatement décidé de la fermeture des frontières terrestres et aériennes du pays. De même que l' établissement d' un coup de feu à compter de ce 24 janvier prenant effet de 21h à 5h du matin jusqu' à nouvel ordre.

Outre ces résolutions, le MSPR a, au préalable, procédé à la dissolution immédiate du Gouvernement Roch Kaboré suivi de celle de l' Assemblée Nationale et de la Constitution.

Des raisons justifiant ce coup de force, la junte militaire a tenu à lever toute équivoque sur l' origine de leurs motivations.

« Peuples et amis du Burkina, au regard de la dégradation continue de la situation sécuritaire qui menace les fondements même de notre Nation de l' incapacité manifeste du pouvoir de monsieur Roch Marc Kaboré à unir les Burkinabés pour faire face efficacement à la situation, et suite à l' exaspération des différentes couches sociales de la Nation, le MSPR a décidé d' assumer ses responsabilités devant l' histoire, la communauté nationale et internationale », déclare le MSPR selon le média web. Pour leur part, le clan politique du Président Roch Kaboré appelle au rejet d' un coup d' Etat militaire qualifié de « coup de force rétrograde ».

Les partisans du Roch Kaboré ont été pris au dépourvu. En effet, ce qui s' apparentait à une simple révolte dans les casernes militaires dans la nuit du 23 au 24 janvier s' est finalement concrétisé en un coup d' Etat contre leur leader politique. Raison pour laquelle le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), parti du président Kaboré, a livré un communiqué pour manifester son désaccord à l' endroit de la junte militaire.

« Notre démocratie est en péril, nous sommes entrain d' assister à un recul de notre pays dans ses fondamentaux vitaux. Notre démocratie et le refus de l' arbitraire acquis dans la sueur et le sang des filles et fils du pays sont entrain d' être pris en otage par un groupe d' hommes armés aux desseins inavoués » indique le clan Roch Kaboré selon les lignes du média web.

Toujours est- il que de sources sécuritaires, le président Roch Kaboré est en résidence surveillée par les éléments du lieutenant- colonel Sandaogo.

À cet effet, le MPP appelle « les forces de défense et de sécurité loyalistes, patriotes et républicaines à se démarquer de cette énième tentative de déstabilisation des Institutions de la République et à se mettre du côté du peuple burkinabé, de la légalité et de la démocratie » affirme- t- il selon le média web.


Prenant à témoin la communauté internationale à témoin, le clan politique du président burkinabé déchu invite la population burkinabè « à faire barrière à cette tentative de déstabilisation des institutions des institutions républicaines en cours » ajoute- t- il.


Rappelons qu' aux dernières nouvelles, le calme est revenu dans la capitale burkinabé comme l' affirment plusieurs médias web internationaux comme Radio France Inter (RFI) dans ses lignes de ce 24 janvier dernier. Sur la nouvelle situation socio- politique du Burkina Faso, l' Union Européenne a rapidement exigé la libération immédiate du président Roch Kaboré ainsi que de tous les membres de son gouvernement.


Qu' en sera- t- il dans les prochains jours à venir?

Quelle sera la riposte de la CEDEAO?

Allons- nous vers un scénario semblable à ceux du Mali et de la Guinée- Conakry?. Pour l' heure, les regards sont tournés vers la junte militaire burkinabé.


PeoPolitique

Content created and supplied by: Peopolitique (via Opera News )

Burkina Faso Etat Radiotélévision Burkinabè

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires