Sign in
Download Opera News App

 

 

Interview / Dr Houphouët Fêtê Rebecca : "la fête de l’indépendance à Yamoussoukro ne fait que rendre à César ce qui est à César"

Membre de la famille Houphouët-Boigny, Dr Houphouët Fêtê Rebecca fait partie des personnes légitimes à se prononcer sur un certain nombre de sujets relatifs à Yamoussoukro. C’est d’ailleurs dans ce cadre qu’elle a donné son point de vue sur la symbolique de la célébration, le 7 août 2022, du 62ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire qui s’est tenue dans la capitale politique ivoirienne. Dans cet entretien qu’elle a accordé au confrère 7Info, elle évoque également bien d’autres sujets concernant la ville natale du père de la Nation, Félix Houphouët-Boigny. Interview !

 

Yamoussoukro, votre ville, accueille la fête de l’indépendance 2022. Quel sentiment ?

Un sentiment de joie. Tout simplement. Je suis même un peu émue parce que ça ne pouvait que bien tomber. Vous savez, quand on décide de faire l’indépendance dans une ville, il y a des retombées sur tous les plans. Donc actuellement, Yamoussoukro est en train de profiter de tout ça. Et c’est génial.

Yamoussoukro, on le sait, est la ville natale du Président Houphouët-Boigny. Vous qui êtes son enfant et avez une relation particulière avec lui, quel souvenir revêt pour vous cette fête ?

Cette fête de l’indépendance ne fait que rendre à César ce qui est à César.

Avez-vous une anecdote sur une des fêtes de l’indépendance célébrées avec votre papa ?

Il faut dire que les fêtes de l’indépendance, il ne les passait pas avec tout le monde. Une fête de l’indépendance, c’est une fête qui concerne tout le pays. Mais je me rappelle que tout ce qu’il faisait était fait avec beaucoup de minutie. Par exemple pour les chantiers, il y était lui-même car il tenait à ce que les choses se fassent dans les règles de l’art. C’est quelqu’un qui s’impliquait personnellement.

Est-ce qu’il arrivait par moment qu’il vous prenne, les autres enfants et vous, pour aller fêter avec lui ?

Je n’ai jamais fêté avec lui. Il ne fêtait pas avec ses enfants.

Quels souvenirs gardez-vous des célébrations de la fête de l’indépendance ?

Je me rappelle avoir défilé. A l’époque, on défilait les poings fermés, je ne sais pas ce que ça veut dire. Pas loin d’ici, j’ai défilé à Dimbokro.

Vous êtes une femme politique. Quelles sont vos ambitions actuelles pour Yamoussoukro ?

En tant que femme politique, j’ai posé beaucoup d’actes. J’ai eu à faire des travaux de réhabilitation, j’ai même construit certaines infrastructures. J’ai aidé des gens que je ne veux pas citer ici. Quand on parle de solidarité, d’aide et d’assistance, je me rappelle que j’ai fait beaucoup de choses, j’ai posé beaucoup d’actes pour Yamoussoukro. Et, même en termes de réhabilitation des routes ici à Yamoussoukro, avant même que le Président de la République n’arrive ici pour poser toutes les actions que l’on voit aujourd’hui. A titre d’exemple, la voie d’Akpêssêkro reliant la zone industrielle. J’ai fait beaucoup de choses dont je ne me souviens même plus. Vous savez, quand on pose beaucoup d’actes, des fois on ne se souvient pas et c’est mieux ainsi. Sinon pour ceux qui me connaissent, ils savent qu’au quotidien, je ne fais que poser des actes en faveur des populations de Yamoussoukro.

Un enfant d’Houphouët-Boigny élu à Yamoussoukro. Est-ce important pour vous ?

Oui, ce serait important ! Je reviens dessus, ce serait rendre à César ce qui est à César. C’est mon rêve, mais ce sera aussi la volonté de Dieu. Je suis déjà conseillère municipale. J’ai été candidate aux élections municipales de 2018, arrivée en bonne place d’ailleurs. C’est à la faveur de cela que je me suis retrouvée au sein du parti au pouvoir. Je pense que ce rêve-là, quand il va se réaliser, ce ne sera que rendre à César ce qui est à César.

Est-ce que pour vous, cette fête de l’indépendance doit être une occasion pour le transfert effectif de la capitale politique à Yamoussoukro ?

Je pense que le Président de la République est dans cette dynamique-là. C’est tout un processus, on ne construit pas une ville en un jour. Je pense que c’est au fur et à mesure que la capitale sera transférée à Yamoussoukro. Mais dans l’entendement populaire, ce sera quand-même intéressant qu’on le dise ou qu’on déclare que désormais Yamoussoukro est proclamée politique de la Côte d’Ivoire. Mais j’ai l’impression qu’il y a des non-dits, sinon c’est visible. Il y a des actes qui sont posés au jour le jour qui font croire que ce sera sans doute cela.

Un anniversaire s’accompagne de vœux et de souhaits. Pour les 62 ans de la Côte d’Ivoire indépendante, quels sont vos souhaits, Docteur ?

Mon vœu le plus cher depuis Yamoussoukro, c’est la paix. La paix pour la Côte d’Ivoire en partant de Yamoussoukro. Le Président Félix Houphouët-Boigny le disait : "la paix, ce n’est pas un vain mot, c’est un comportement". Que la paix soit en Côte d’Ivoire, que la paix soit dans nos cœurs, que la paix soit dans nos comportements de tous les jours. Que cette célébration à partir de Yamoussoukro soit un déclic, le levain de la paix dans les cœurs des habitants de la Côte d’Ivoire.

Un mot de fin ?

Plus que jamais, il faut qu’on s’implique nous-mêmes dans le développement de notre ville. La fête de l’indépendance nous tend en quelque sorte la perche. C’est à nous de la saisir, de bien la saisir pour que Yamoussoukro puisse aller de l’avant. J’entends certaines personnes dire que Yamoussoukro est difficile à entretenir parce que les routes sont trop larges. Mais c’était la vision du Président Félix Houphouët-Boigny. Soit on s’inscrit dans cette vision, soit on l’accompagne tout simplement. On doit se donner les moyens de poursuivre ce qui a été fait il y a plus de 30 ans en arrière. Ce n’est pas normal qu’on régresse. Il faut qu’on aille de l’avant, il faut qu’on s’adapte. Et je pense que le Président Alassane Ouattara est d’accord pour que Yamoussoukro retrouve son lustre d’antan. C’est l’appel que je veux lancer à mes frères et sœurs pour que plus que jamais on cultive la paix, qu’on soit solidaires, et qu’on fasse en sorte que la Côte d’Ivoire puisse aller de l’avant.

Retranscription : JM TONGA

Source : 7Info

Content created and supplied by: JMTONGA (via Opera News )

rebecca yamoussoukro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires