Sign in
Download Opera News App

 

 

Alpha Blondy : voici comment il a vaincu la drogue

Alpha Blondy rayonnant de bonheur (source photo :internet)

Ceux qui ont suivi Alpha Blondy, la seule méga star ivoirienne au niveau de notre musique, depuis le début de sa carrière, savent qu'ils étaient bien loin de l'homme mature, responsable et épanoui qu'il nous donne de voir aujourd'hui. En effet l'on a été habitué dans les années 80 et 90 aux nombreuses frasques du chanteur qui entre deux succès d'albums, nageait dans les eaux troubles de la dépression, de la démence, des actes d'agressivité et d'humeur versatile et déroutante, avec en toile de fond une addiction reconnue à la drogue. C'est un secret de polichinelle, notre Alpha National a été un initié à l'herbe. A le voir aujourd'hui rayonnant de santé, de beauté et de bonheur, l'on est loin d'imaginer le combat qui a dû être le sien pour s'affranchir du joug de cette dépendance. Et c'est Blondy lui même qui il y a quelques 30 ans en arrière, après la sortie "The prophets" son huitième album, a levé le voile sur ce combat et les facteurs qui ont favorisé la rupture d'avec les substances psychotropes. En effet dans le numéro 38 du défunt magazine panafricain "Afrique Elite" édité à Paris et paru en 1989, la star expliquait dans une interview qu'il a accordée au journaliste Emmanuel Kakre, comment il avait gagné ce combat.

"Il y a un temps pour chaque chose. Pour ce qui est de l'herbe, tu sais que dans toute la vallée on a parlé de moi en tant que grand manitou. Et un jour j'ai dit stop. Mais en fait ce n'est pas moi qui ai décidé. C'est Dieu qui un jour a dit "Écoute Guy, on t'a laissé faire ; mais maintenant ça suffit. (...) Mais il y a eu aussi la mort de Fulgence (NDLR: Roger Fulgence Kassy) qui est venue me faire réfléchir. Il y a des amis, quand ils meurent, tu as l'impression d'assister à ta propre mort." avait-il expliqué. Poursuivant il a laissé entendre que Félix Houphouët Boigny, le premier président ivoirien avait jouer un rôle majeur dans sa décision en obtenant de lui une promesse qu'il se devait de tenir. Et voici ce qu'il a dit au journaliste :

"La mort de Fulgence a été quelque chose de décisif. Mais j'ai pris la décision d'arrêter avant. Au moment où je l'avais promis au président de la république. Tant que tu ne fais la promesse qu'à toi seul, tu peux ne pas la respecter. Mais quand tu la fais à un homme comme Houphouët Boigny, ça devient autre chose. Et puis surtout j'avais pris conscience du fait que les gosses me regardaient comme un modèle à suivre. J'avais décidé si je devais être celui qui les conduirait en prison où à l'université".

Pochette de l'album "The prophets" sorti en 1989 (source: internet)

Au finish, le faiseur de tubes Reggae se devait de prendre une décision radicale, comme pour dire, si je le veux vraiment, j'y arriverai, malgré les pesanteurs et les chutes occasionnelles, il a tenu le bon bout: "J'avais réussi à arrêter pendant six mois. Puis j'ai repris. C'est dur, tu trébuches, tu tombes, tu te relèves et tu continues à te battre. Maintenant je suis sur la bonne voie. L'ennui c'était l'entourage, et les substituts qu'on me donnait à l'hôpital qui consistaient en fait à passer d'une drogue illégale à une drogue légale. Maintenant j'ai réussi à arrêter l'herbe sans substitut. J'arrive a dormir sans somnifères, je mange de bon appétit et je me sens bien dans ma peau. Pour éviter les tentations, j'ai éloigné de moi tous les fumeurs de joints" a-t-il laissé entendre.

Alpha n'a surtout pas manqué d'adresser un message en guise de questions à certains de ses fans et proches qui n'appréciaient pas qu'il ait pris ses distances pour préserver sa santé, mais aussi son image et sa carrière : "Si ces gens pensent que je les ai trahis, j'aimerais qu'ils répondent à cette question : unelorsqu'ils apprennent que leur idole a piqué crise, est en train de casser les vitres des voitures dans les rues et est interné, est-ce qu'ils sont fiers? Quel Alpha Blondy le public veut-il? Celui qui a le cerveau en bouillie, qui menace tout le monde, même eux, et qui finit tous les mois à l'hôpital psychiatrique ou celui qui se porte bien ?" a-t-il interrogé. Aujourd'hui, le résultat est là. Un Blondy plus frais et plus rayonnant que jamais à l'aube de ses 70 ans.

SRANKPAWA BOUAKE Vdi2406221130

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

Content created and supplied by: SRANKPA (via Opera News )

blondy comment drogue vaincu

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires