Sign in
Download Opera News App

 

 

Guerre en Ukraine : les États-Unis et la Chine sont les plus grands bénéficiaires

La guerre russo-ukrainienne est une opportunité extraordinaire pour l’économie des États-Unis et celle de la Chine. Les premiers pourront écouler en Europe, leur pétrole et gaz de schiste en plus des armes et la seconde, conforter sa place de leader régional, voire mondial.Joe Biden et Xi Jinping, opposés idéologiquement, mais aux intérêts convergents (Photos web)

Le Président américain, Joe Biden a décrété, le 9 mars 2022, un embargo sur le pétrole et le gaz russe. Cette sanction vient mettre un nouveau tour de vis au train de sanctions qui visent à étrangler économiquement la fédération de Russie. Cette sanction de Joe Biden à peu de chance de prospérer, tant les pays de l’Otan, partenaires des États-Unis sont dépendants de la Russie sur ces deux spéculations. Les besoins en gaz et pétrole de l’Allemagne par exemple sont comblés à près de 60% par les importations russes. La France 20%.

Si le Président américain a peu de chance d’obtenir la suspension des ventes de ces hydrocarbures, l’annonce de la sanction elle-même en rajoute à la tension sur le marché. Le Brent a bondi à près de 140 dollars US le baril, avant un léger repli pour se stabiliser autour de 100 dollars US. Les prévisions les plus réalistes tablent pour un baril de pétrole à 200 ou 300 dollars si le bras-de-fer entre la Russie et les Européens devrait perdurer ou se durcir. Dans cette occurrence, tous les pays producteur, dont les États-Unis eux-mêmes et bien sûr la Russie s’en frotteraient les mains !

Avec la crise ukrainienne, les pays européens ne rêvent que d’une seule chose : se défaire de la dépendance russe en hydrocarbures. Cependant, avant de réussir la transition énergétique en développent des sources alternatives comme l’éolienne, le solaire et autres, ils se tourneront de plus en plus vers le pétrole américains. Un pétrole qui sera par ailleurs de plus en plus cher.Le redoutable chasseur F 35 a un nouveau boulevard devant lui

Des analystes estiment que le pétrole de schiste qui est déjà massivement exporté dans les pays d’Asie ne sera pas suffisant pour satisfaire à la fis, les besoin des États-Unis, ceux plus des Asiatiques et satisfaire aux demandes des Européens. Ce serait donc pure folie pour ces pays que de compter sur les américains.

Le deuxième filon des États-Unis bonifié par la présente guerre est la vente d’armes et de systèmes d’armement. Les leaders européens veulent muscler leur défense pour tenir éventuellement tête à leur grand voisin de l’est, la Fédération de Russie. L’Allemagne par exemple veut faire une levée un fonds de 100 milliards d’euros, soit environ 60.000 milliards de francs Cfa pour se réarmer, en plus du budget militaire qui devra atteindre, à partir de l’Année prochaine, 70 milliards d’euros (45.920 milliards de francs Cfa). Ce pays n’a pas la capacité technique et les disponibilités en infrastructure pour fabriquer, les armes, tanks et avions de guerre dont il aura besoin. Déjà, l’Allemagne vient de commander 35 unités de l’onéreux chasseur américain, F 35. Ça parle !La monnaie chinoise attend son heure de gloire

Ainsi donc, ce réarmement de la nation la plus riche d’Europe se traduira par des commandes importantes de toutes sortes d’armes. Et naturellement, les États-Unis qui sont les patrons de l’Otan seront en pole position pour rafler la mise. La guerre en Ukraine est vraiment du pain béni pour le complexe militaro-industriel américain !

Au plan géopolitique, cette guerre permet au pays de Joe Biden de conforter son leadership sur les pays occidentaux et surtout d’obtenir de façon automatique, l’alignement des Européens sur ses positions. Le 11 mars 2022, c’est le représentant britannique qui a réfuté avec le plus de virulence, les accusations de la Russie contre les États-Unis, à propos des laboratoires de fabrique de bombes bactériologiques en Ukraine. C’est un signe !

L’autre gagnant de ce poker menteur est la Chine. Les accords économiques et financiers qu’elles signent actuellement avec la Russie et un certain nombre de pays sont pour elle un accélérateur de tous ses objectifs géopolitiques. La dedollarisation du commerce international, la mise en place d’un nouveau système monétaire international dont la Chine sera l’épicentre. Tout est désormais à portée de main.La banque centrale chinoise pourrait-être bientôt, une place financière incontournable

Le trade du pétrole et d’un certain nombre de spéculations se font désormais concurremment, en dollar et en Yuan. En attendant que la monnaie chinoise ne noie complètement sa concurrente américaine. Le négoce du pétrole en particulier est en train de basculer dans la monnaie en Yuan. L’Arabie Saoudite a créé l’évènement en annonçant récemment qu’elle vend désormais son pétrole en yuan.

Par ailleurs, selon le site d’information Novastan, la Russie, la Chine, ainsi qu’un certain nombre de pays d’Asie envisagent de créer un système financier international alternatif. Ce système se fera autour d’une monnaie internationale et une union douanière. Comme on le voit, la guerre en Ukraine sera très profitable pour les deux premières économies du monde.

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires