Sign in
Download Opera News App

 

 

Situation socio-politique en Côte d’Ivoire : le PDCI-RDA sans pitié pour le pouvoir Ouattara

Le Porte-parole du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire était face à la presse ce lundi 27 juin 2022 à la maison du parti à Cocody. Tension au sein du parti septuagénaire, cherté de la vie en Côte d’Ivoire, trafic de drogue etc… tous les dossiers brulants qui touchent le pays en ce moment, ont été passés au peigne fin par l’honorable Bredoumy Soumaila. Ci-dessous son propos liminaire.

Notre rencontre de ce jour s’inscrit dans la volonté du Président HKB de moderniser et notre Parti et lui offrir des réelles chances pour la reconquête du Pouvoir d’Etat.

La communication est un moyen puissant pour donner une visibilité des actions en interne comme en externe de notre mouvement politique.

La création de la Grande Cellule de Communication du PDCI répond donc à cet objectif.

Nous sommes à notre deuxième session de la série « Face à la Presse ».

Avant de poursuivre permettez-moi de transmettre à tous et en particulier à la presse, les remerciements du Président HKB pour l’intérêt à la vie du Parti et pour le soutien à lui apportés lors des obsèques de son frère ainé à Daoukro.

Notre séance d’aujourd’hui va s’articuler autour :

Les principales activités au sein du Parti

La participation des parlementaires PDCI-RDA aux débats au Parlement

L’état de la nation

Quelques Commentaires sur la Convention du Parlement

Au niveau du Parti

Le Secrétariat Exécutif et les organes nouvellement mis en place ont normalement fonctionné. Certains organes ont apporté des innovations de taille. Il s’agit notamment du Comité de mobilisation des ressources qui a initié un système de paiement et de contribution financière sous forme électronique. Le Comité en charge des élections a mis en place un dispositif d’encadrement, de sélection des candidats et de suivi des élections. La mise en œuvre de ce dispositif a commencé par l’appel à manifestation d’intérêt qui est lancé.

La Grande Cellule de communication donne plus de visibilité, par la communication, aux activités et à la vision du Parti. Le Comité politique et le Conseil Economique et Social ont des résultats importants. Pour des raisons stratégiques ces résultats sont pour le moment mis uniquement à la disposition du Président du Parti.

La seconde activité phare de ce premier semestre concerne les tournées d’évaluation, de sensibilisation et d’écoute dans les délégations.

Pour la réalisation de ces missions environ 200 personnalités du Parti ont été mobilisées pendant quatre Week-end, dont 50 femmes et beaucoup de jeunes.

Les premières analyses des rapports de mission ont permis au Président du Parti de prendre quelques mesures urgentes. Il a ainsi procédé au remplacement de certain délégués, morts ou démissionnaires.

Ces tournées ont également permis d’apprécier l’état réel de fonctionnement du Parti sur le terrain. Le deuxième axe de l’analyse nous permet de faire la situation du personnel politique du Parti au niveau de la base.

Le troisième axe s’intéressera aux militants de base.

Sur ce dernier axe, le Secrétaire Exécutif en Chef Adjoint en charge de ce dossier a initié une opération « Je suis PDCI-RDA, pour connaitre tous les militants de notre Parti et attirer beaucoup plus d’adhérents et de sympathisants. Ce nouvel outil permettra d’enrôler les nouveaux majeurs.

 Le Comité de surveillance de l’ensemble des organes mis en place par le Président du Parti, après sa première évaluation a conclu au bon fonctionnement de ces organes.

Le PDCI-RDA s’est doté d’une Grande Chancellerie, pilotée par deux dames : mesdames Denise Houphouët et Linda Diplo qui assurent respectivement la Présidence et le secrétariat général

Le PDCI-RDA a participé La 5eme phase du Dialogue 

 Politique, à travers une équipe de haut niveau, conduite par le Professeur Niamkey Koffi.

Ce Dialogue Politique qui a débuté le 1er décembre 2021, a pris fin le 04 mars 2022 par la signature du rapport final. 21 partis politiques y ont pris part.

Il y a certes les premières retombées de ce dialogue, mais nous attendons la mise en œuvre des principales recommandations qui concernent

La libération de tous les prisonniers politiques issus des crises électorales,

De la réforme de la CEI

Du redécoupage électoral

De l’audit de la liste électoral

Du retour de tous les exilés politiques

De la rencontre des trois Grands ‘Ouattara Bédié et Gbagbo) pour solder les contentieux d’ordre strictement politique.

Il a été recommandé à tous les partis et leaders politiques de poser dans la conduites activités des actions et actes d’apaisement. C’est ce que le PDCI a toujours fait et continue de faire.

Le PDCI-RDA a célébré son 76ème anniversaire le 09 avril dernier à Abidjan et à Daoukro dans la sobriété et dans le recueillement, eu égard à la perte de vaillants militants dont les cérémonies funéraires sont encore en cours. Lors de la cérémonie de clôture plusieurs militants ont été distingués dans l’ordre du Bélier. Cette cérémonie a surtout été marquée par le discours dense du Président du Parti. Ce discours d’espoir rassure les militants sur notre capacité à reconquérir le Pouvoir d’Etat si nous observons les six conditions préconisées dont celle du travail en équipe.

Au niveau des activité à l’Assemblée Nationale et au Senat,

Le PDCI-RDA a participé aux débats sur les textes lors de la session extraordinaire et les textes qui sont déjà analysés au pour la session ordinaire en cours.

Nous nous appesantissons sur les textes qui fait l’objet d’un vote contre dans les deux chambres du Parlement par les élus du PDCIRDA.

Au cours de la session extraordinaire

Le PDCI-RDA s’est opposé aux textes suivants

La loi sur la réforme Conseil Constitutionnel

La réforme du Conseil Economique Social et Environnemental

Pour la session en cours

L’ordonnance sur la commercialisation illicite des produits agricoles soumise à agrément. Nous avons voté contre cette ordonnance juste après le vote du président de l’Assemblée nationale

Les parlementaires du PDCI-RDA ont participé à la Convention du Parlement sur convocation du Présent de la République le 19 avril 2022 à Yamoussoukro. Au cours de ces assises le Président Ouattara a délivré un discours sur l’état de la nation et a informé le Parlement de la désignation d’un Vice-Président. Ce Congrès a été présidé par le Président du Sénat, celui de l’Assemblée nationale était en ce moment souffrant.

Cette séance appel à des observations suivantes :

La présidence du Congrès qui est dévolue à l’Assemblée nationale nécessite qu’elle soit entourée par l’adoption de règlements pour clarifier, entre autres, cette préséance en cas d’empêchement du président de la chambre basse ;

Le mode de désignation du Vice-Président et la procédure qui permet aux parlementaires d’exprimer leur avis.

Mesdames et messieurs chers invités,

De ce précède nous notons que le Président du Parti a une fois encore vu juste en opérant des réformes qui ont permis une plus large participation des cadres en particulier les jeunes et les femmes. Le PDCI-RDA renforce ainsi sa vitalité tout en maintenant sa valeur de démocratie en son sein. Une telle vitalité ouvre naturellement l’occasion à l’expression plurielle au sein de notre parti.

C’est dans ce contexte que des voix s’élèvent quelques fois pour exprimer leurs volontés de voir notre Parti aller rapidement à la reconquête du Pouvoir d’Etat. Le Président du Parti entend toutes ces voix. Cependant, si nous voulons que nos efforts produisent les effets escomptés, il faut plutôt les conjuguer dans la discipline et le respect des règles internes que nous nous sommes fixées.

Du discours du Président de la République sur l’état de la nation le 19 avril à Yamoussoukro, il ressort que la Côte d’Ivoire est en paix en sécurité et tout va bien.

Chemin faisant nous avons perdu le Président de notre Assemblée nationale.

Après les obsèques il a été procédé à l’élection de son remplacement. Le PDCI-RDA et ses alliés à l’Assemblée qui constituent l’opposition significative n’ont pas jugé opportun dans le contexte actuel de présenter un candidat. Ensemble l’opposition a soutenu le candidat du RHDP, qui a été de ce fait élu presqu’à l’unanimité.

Mesdames et messieurs,

Forts de leçons tirées de ses récentes expériences et du dialogue permanent avec la base et les instances du Parti, le Président du Parti s’engage donc résolument dans la poursuite des réformes qui permettront de mieux nous armer et gagner les batailles futures. C’est pourquoi il a décidé de convoquer très incessamment le Bureau Politique du PDCI-RDA, en vue de préparer le Congrès, organe suprême de notre Parti. La date du Bureau politique fera l’objet d’un communiqué signé par le Président du Parti.

Je peux vous rassurer que la date du Bureau Politique n’excède pas le mois d’août 2022.

Mesdames et messieurs, chers invités,

La posture que nous avons prise lors des élections du président de l’Assemblée nationale le 7 juin dernier, ne nous éloigne pas de notre statut de parti dans l’opposition. Notre vocation est de gagner les futures élections présidentielles et diriger ce pays. Les Ivoiriens matraqués de toutes part, nous appel au secours car ils ont soif de notre leadership.

C’est pourquoi suite à la déclaration du Chef de l’Etat sur la vie de la nation en présence des parlementaires réunis en Congrès, le PDCI-RDA porte le regard suivant sur la vie de notre pays. Nous nous sommes engagés, dans ce regard, à nous appuyer sur les chiffres qui sont tirés des documents publiés par le Gouvernement, les institutions et les services officiels de l’Etat.

Mesdames et messieurs

Il n’y a de richesse que d’hommes. Le PDCI-RDA se réjouit de la volonté de madame le ministre de l’éducation nationale, d’entamer des réformes pour améliorer la qualité de l’éducation nationale. Nous observons donc que depuis plus de dix ans, une évaluation plus rigoureuse vient de nous donner le niveau réel des élèves du primaire. Plusieurs écoles primaires ont obtenu des résultats nuls à l’entrée en sixième.

Le niveau de nos élèves dans le primaire a été longtemps masqué par de faux chiffres.

Selon le diagnostic du dernier PND de notre pays le nombre d’années de formations des Ivoiriens s’élève à 6,3 pour les hommes et 4,1 pour les femmes

Au Brésil ce chiffre est de 7,6 pour les hommes et 8,1 pour les femmes

Afrique du Sud respectivement : 10.5 et 10

Malaisie 10,3 et 10

Corée du Sud 12,9 et 11,5

On voit donc qu’en moyenne les Ivoiriens sortent plus vite du système scolaire que les pays émergents aux nous voulons nous comparer.

Au niveau de l’enseignement supérieur les choses sont encore plus sombres. Aucune de nos universités ne figure parmi les cent premières en Afrique. La vie de nos étudiants ressemble à celle des bagnards à certains endroit. Sur les campus les salles de TP et les bibliothèques n’ont de nom que les murs qui les contiennent. Aucune structure n’est capable de nous situer sur le nombre exact d’étudiants que compte notre pays. L’attribution des bourses et des aides aux étudiants constitue une véritable mafia.

La Côte d’Ivoire a abandonné sa recherche scientifique, en particulier celle en charge de l’agriculture et de l’agro-industrie, dans un pays où 75 % des industries sont des agro-industries. La part du budget de l’Etat allouée à la recherche est inférieur à 0,1%, quant à la norme est d’au moins 1%.

Mesdames et messieurs

Au niveau de l’économie de notre pays, nous observons une croissance régulière du PIB depuis 2012. Cette croissance est tirée essentiellement par les BTP et l’énergie. Après un ralentissement en 2020, cette croissance a atteint 7.4% et est projetée à 6.9 en 2022.

Cependant on note que le budget de notre pays présente un solde négatif depuis 2012 (-2.9 % du PIB), -5.5 % du PIB en 2020 et projetée à – 5.7 % du PIB en 2022, au-dessus des normes communautaires qui sont de 3% maximum.

Le stock de la dette de notre pays atteint un niveau jamais égalé.

En effet le stock de notre dette était en fin mars 2010 à 5281, 605 milliards de F CFA. Il est projeté à 25701 milliards de F CFA en 2023et 29755, 7 milliards en 2025, soit une augmentation de 600% sur la période 2011-2025.

Le service de la dette est estimé à 3686 milliards de FCFA en 2023, 4532, 4 milliards de FCFA en 2024 et 4869,6 milliards de F CFA en 2025, soit un total 13098 milliards de FCFA sur la période 2023-2025.

L’inflation est passée de 0,7 % en 2016 à 2,4 % en 2020 et 4,2 % en 2021. Ce taux d’inflation selon les prévisions du ministère du budget s’établirait à 4,5 % en 2022.

Les indicateurs ci-dessus soulignent la fragilité de notre économie. Les perspectives ne sont guère à l’optimisme eu égard à la conjoncture nationale, aux chocs extérieurs et les impacts du changement climatique.

A ces difficultés économiques viennent s’ajouter des perturbations environnementales causées par l’orpaillage clandestin qui détruit nos ressources naturelles, pollue notre environnement et nos eaux, déstabilise le secteur agricole, accroit les risques d’insécurité et menace la production agricole et en conséquence la sécurité alimentaire. Il est devenu de plus en plus difficile d’avoir des terres propices à une agriculture saine et à une main-d’œuvre concurrentielle dans le secteur agricole. Toute chose qui accentue le risque de pénurie des produits vivriers sur nos marchés.

De plus l’orpaillage est devenu un frein pour la scolarisation de nos enfants. Les jeunes élèves préfèrent percevoir des frais journaliers attrayants pour aller sur les sites clandestins des mines que d’aller à l’école. 

Rappelons que l’orpaillage clandestin avec son cortège de bandes armées composées de personnes venant d’ailleurs a été décrié dès 2018 par le Président Henri Konan Bédié. On l’avait alors traité de tous les maux. Aujourd’hui le fléau est difficilement maitrisable.

Toutes les enquêtes soulignent que trois postes représentent le gros des dépenses de nos concitoyens.

Aujourd’hui tout est cher. On ne peut plus se nourrir avec le même budget qu’il y a un an. L’inflation au niveau des produits locaux est supérieure à celle des certains produits importés.

Comment peut-on expliquer la pénurie des produits dont la production est à notre portée ?

Notre pays dispose de terres arables et fertiles. D’énormes ressources en eaux sont perdues fautes de leur maîtrise. Le Gouvernement a refusé de faire de l’investissement dans le secteur agricole, en particulier le sous-secteur alimentaire, une priorité. Ce sont les conséquences que nous subissons. Tenez-vous bien, notre pays, producteur et exportateur de bane plantain vers les pays limitrophes est aujourd’hui obligé d’importer la banane plantin. Les commerçantes du vivrier vont acheter la banane plantin au Libéria pour alimenter nos marchés. Trois régimes de bananes plantin se négocient entre 10000 et 20000 F CFA sur nos marchés. Les produits de consommation courante comme l’huile et le pain connaissent une augmentation sans précèdent. Aujourd’hui le maïs qui entre à la fois dans l’alimentation humaine et animale, voit son prix s’envoler au point qu’il impact des secteurs naguère prospère comme l’aviculture. Notre pays dépense plus de 300 milliards de F CFA chaque année pour importer du poisson. Nous avons pourtant bénéficié pendant des années l’aide de l’Union Européenne pour développer le secteur de l’aquaculture et de la pêche. Rappelons que la Côte d’Ivoire dispose d’énormes ressources en eaux qui non seulement ne sont pas utilisées pour l’aquaculture, mais sont sujettes à la pollution par l’orpaillage clandestin. C’est le résumé de notre échec.  

Dans le secteur du logement les règles fixées par le Gouvernement relativement à la caution et l’avance ne sont pas respectées.

L’acquisition de terrain urbain pour la construction de logement est hors de portée dans le District d’Abidjan. Les terrains de 3 500 000 FCFA il y a deux à trois ans, se vendent de nos jours entre 30 et 60 millions de F CFA.

Pire, pour soi-disant financer le logement social, le Gouvernement préconise la taxation du ciment et du fer. Au finish la catégorie de la classe moyenne n’est plus capable de construire un logement. Le Gouvernement étant incapable de satisfaire à la demande de logements sociaux, ce domaine est devenu un enfer pour les populations des milieux urbains.

Quant au transport il n’y a aucune règle dans les tarifs des transports privés. A chaque jour correspond un destin nouveau et difficile. La vie est devenue intenable. Le Gouvernement face ce calvaire des Ivoiriens affiche son incapacité à leur offrir des lendemains meilleurs. Ce qui se passe sur le poste à péage de Grand Bassam indique clairement que le Gouvernement n’a pas pitié des Ivoiriens.

En un mot les Ivoiriens vivent dans le stress et la peur.

Il ne se passe pas un seul mois sans qu’un immeuble ne s’effondre.

La circulation de la drogue fait désormais partie de la vie courante de notre pays. Les questions d’assainissement et d’inondation n’ont trouvé aucune solution à ce jour. Selon le dernier rapport du CNDH, plus de 8% des habitants d’Abidjan ne disposent pas de latrines. La précarité et la pauvreté sont en nette croissance dans nos villes, contrairement aux chiffres qui nous sont fournis. Dans le milieu rural nos producteurs font face au non-respect du prix d’achat de leurs produits agricoles. Dans nos contrées et sur nos routes les menaces d’attaque sont monnaie courante.

Et pourtant le pays se porte bien.

Au contexte national difficile s’adjoignent depuis un moment l’accentuation de la crise sécuritaire et la menace djihadistes à nos frontières. La crise Russo-Ukrainienne n’arrange non plus pas la situation. Cette dernière crise, ainsi que les situations politiques en Guinée, au Mali et au Burkina ne font qu’accentuer les difficultés des Ivoiriens, tant leurs impacts se font sentir sur le quotidien de nos concitoyens.

Voilà Mesdames et messieurs voici ainsi sommairement décrit le regard du PDCI-RDA sur l’état de notre pays.

Je vous remercie et me mets à votre disposition pour les questions

Content created and supplied by: Eugy_Yobouet (via Opera News )

ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires