Sign in
Download Opera News App

 

 

Après le Burkina, l'Attiéké ivoirien vendu en France sous étiquette malienne : "Made in Mali"

La labellisation de l'Attiéké par une opératrice économique burkinabè avait été perçu clairement comme un crime de lèse-majesté par plusieurs Ivoiriens. A la suite du Burkina Faso, un autre pays, le Mali semble lui aussi en passe de s'approprier l'identité de ce met typique à la Côte d'Ivoire.

C'est ce que laisse croire, en tout cas, la mention inscrite sur un emballage plastique contenant de l'"Attiéké Agbodjaman". Excepté le nom du produit qui est bien du terroir Ebrié (peuple côtier du sud de la Côte d'Ivoire dont c'est la spécialité culinaire), tout indique à première vue que la recette vient du Mali. Vendu en supermarché en France, le mode de préparation, la composition ainsi que les coordonnées figurent sur l'étiquette. 

(L'indicatif téléphonique 223 et la localisation indiquent que l'entreprise est bien enregistrée au Mali)

La Côte d'Ivoire est en principe le premier pays à avoir commencé la transformation semi-industrielle du manioc en "Attiéké". C'est à l'origine une composante de la gastronomie du peuple Ebrié dont elle fait partie des habitudes alimentaires. Il existe du reste plusieurs variétés de la recette au niveau local. Et les productrices, généralement des femmes, disposent d'un savoir-faire ancestral.

En 2020, à la faveur des élections présidentielles, le candidat Bertin Kouadio Konan avait proposé dans son programme l'idée d'une nationalisation de ce produit. Si la proposition avait amusé la galerie, il semble que de plus en plus de personnes commencent à lui donner raison sur ce point. La Chine notamment est devenue un producteur de l'Attiéké. Les autorités ivoiriennes ont déclaré qu'un processus serait en cours pour protéger l'origine, un produit qui appartient à la Côte d'Ivoire. 

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

burkina faso chine france mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires