Sign in
Download Opera News App

 

 

Pourquoi Alassane Ouattara n'est pas responsable des sactions (Opinion)

Depuis le putsch contre IBK qui a vu Assimi Goita et ses paires arriver au sommet de l’état malien, beaucoup de personnes dans un premier temps avaient essayé de faire croire que le président ivoirien était le président le plus hostile à la junte, vu ses relations avec le président IBK. En effet, le président Ouattara avait dans les premières heures accueillit la famille de l’ex-president.


Mais très tôt, ces rumeurs s’estompent. En marge de la fête de Tabaski, le président malien, Assimi Goïta, a offert 30 moutons à son homologue ivoirien Alassane Ouattara dans le mois de Juillet 2021.

Face au problème récurrent de délestage au Mali, Assimi Goita avait même envoyé son ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré vers la Côte d’Ivoire pour 50 mégawatts supplémentaires auprès du président Ouattara en avril dernier.

Malgré une baisse de la fourniture d’électricité en côte d’ivoire, le président Ouattara avait accepté de fournir 30 mégawatts dans un premier temps, pour augmenter les 100 mégawatts que la côte d’ivoire fournit déjà au Mali.

Le ministre malien des Affaires Etrangères et de la Coopération, Abdoulaye Diop, a transmis, le 4 août 2021 à Abidjan, au Premier Ministre ivoirien, Patrick Achi, un message de gratitude et de reconnaissance au Président de la République, Alassane Ouattara. « Je suis porteur d’un message du Président de la Transition et Chef de l’État du Mali, Assimi Goïta, à son ainé, le Président Alassane Ouattara. Il s’agit d’un message d’amitié, de solidarité et de fraternité. C’est aussi un message de gratitude à l’endroit de la Côte d’Ivoire, et de reconnaissance à son Président, pour la compréhension et l’écoute dont il a fait preuve envers le Mali, depuis 2012 jusqu’à aujourd’hui », a déclaré Abdoulaye Diop, au terme d’une audience que lui a accordée le Premier Ministre Patrick Achi. Ces propos ont été rapportés par la primature ivoirienne.

Jusque là, les relations étaient au beau fixe, le président Ouattara ayant souvent plaider la cause du Mali auprès des autres présidents de la sous-région. Mais depuis la prise de sanctions de la Cedeao contre le Mali, cette relation n’est plus au beau fixe.

Le gouvernement malien a même dans la foulée, libéré un compagnon de Soro Guillaume détenu au Mali. Beaucoup de maliens voient la main de Ouattara à la tâche dans la prise de ces sanctions. Le ministre des affaires étrangères du Mali, qui avait été dépêché auprès du président ivoirien pour lui faire part de la durée de la transition avait même parlé du comportement fustigeant du président ivoirien.

Mais dans une communauté où la présidence est assurée par le président ghanéen Nana akufo-addo dont le pays à une économie supérieure à la côte d’ivoire, une communauté qui à en son sein le Nigeria pays le plus riche d’Afrique, avec la présence du président Bissau Guinéen Emballo connu pour être un opposant, on veut nous faire croire que c’est le président Ouattara qui prend les décisions ? Juste parce qu’il n’a pas validé le chronogramme de la transition qu’on lui a proposé ? Pourquoi ne parle t-on pas des autres pays? On veut nous faire croire que la côte d’ivoire peut imposer sa décision dans une communauté regroupant 15 pays?

N’est ce pas le président burkinabé Roch Kaboré qui préside l'UEMOA? Ou là encore, c’est Ouattara qui lui a dicté la décision à prendre. Même si une telle considération pour notre président nous touche beaucoup, il faut savoir faire la part des choses.

Comment peut-on être aussi ingrat? En côte d’ivoire, la communauté malienne est estimée à environ 3 millions, selon le Conseil des Maliens de Côte d’Ivoire, une émanation du ministère des Maliens de l’extérieur. On veut nous faire croire que la côte d’ivoire n’a jamais été l'ami des maliens ? Quel pays de la sous région à plus de citoyen malien que la côte d’ivoire ? Même au port d'Abidjan, il y a le « parking du Mali », situé à proximité des terminaux du port d’Abidjan pour assurer le ravitaillement du Mali à partir de la côte d’ivoire. 

Dans cette situation, certaines personnalités politiques se permettent de fustiger le président Ouattara, comme si à sa place ils auraient agit autrement. Retenons que la décision de sanctionner le Mali résulte d’une réunion des membres de la Cedeao exceptés le Mali et la Guinée et non du président Ouattara. Tous les pays de la communauté qui ont participé à cette réunion ont aussi appliqué les sanctions qui ont été prises, alors au lieu de parler de la côte d’ivoire, il faut parler des autres pays qui appliquent eux aussi les sanctions. Ces sanctions ne demandent pas au président de la junte de quitter le pouvoir, juste de présenter un chronogramme raisonnable. Meme l’Algérie présentée comme grand soutien de la transition à demandé à la junte de revoir son chronogramme.

En 24 mois, on peut prendre des décisions qui vont durer toute la vie. Même en organisant des élections, vu la côte de popularité de Assimi Goita, toute personne qu’il va soutenir lors des élections sera vainqueur. Alors, si ce n’est pas la soif d’être president, qu’est-ce qui empêche le président Assimi Goita de proposer une transition de 2 ans et après, présenter un candidat qui viendra terminer le travail qu’il aura commencé ?

Laissez vos commentaires, partagez l’article et abonnez vous à notre page.

Sources: RFI, le Figaro, TV5MONDE, ORTM, koaci, Direction nationale l'énergie malienne, fraternité Matin, Lfrii

M1GAM

Content created and supplied by: Master1Gam (via Opera News )

alassane ouattara assimi goita ibk

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires