Sign in
Download Opera News App

 

 

Burkina-Faso /Après le coup d’Etat : Roch Kaboré, un os dans la gorge de la junte ?

Suite au récemment coup d’Etat qui a renversé Roch Marc Kaboré, le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) assure « la continuité de l’Etat en attendant la mise en place des organes de transition », selon un « acte fondamental » lu à la télévision nationale par un de ses membres, le lieutenant-colonel Cyprien Kaboré.

Selon lemonde.fr, le texte précise que « l’acte fondamental lève la suspension de la Constitution », que le MPSR devient « l’organe central » des institutions et son président « chef de l’Etat, chef suprême des forces armées nationales ».

 Le confrère ajoute que l’acte fondamental garantit l’indépendance de la justice et la présomption d’innocence, ainsi que les libertés fondamentales contenues dans la Constitution, en particulier celles de circulation, d’expression et de la presse.

Après la suspension du Burkina-Faso des instances de la CEDEAO et de l’Union africaine (UA) « jusqu’au rétablissement effectif de l’ordre constitutionnel dans le pays », comme ce fut le cas au Mali et en Guinée, les Etats-Unis ont dit toujours selon lemonde.fr, soutenir ces décisions et ont appelé la junte au pouvoir, à la libération de Roch Marc Christian Kaboré.

« Nous partageons les inquiétudes des dirigeants africains concernant les actions de responsables militaires au Burkina Faso, principalement la suspension de la Constitution et le renversement d’un président et d’une Assemblée nationale démocratiquement élus », a indiqué Ned Price, porte-parole du département d’Etat américain, dans un communiqué, suite au souhait des Américains de voir M. Kaboré libre.

La junte va-t-elle satisfaire ce souhait des Etats-Unis ou maintenir l’ancien Président en prison ?

Pour ce que l’on sait, après les coups d’Etat en Afrique, les juntes préfèrent garder les Présidents déchus par mesure de prudence.

Car ils craignent qu’au cas où ils les laissent partir en exil, ceux-ci reviennent pour se réinstaller au pouvoir par la force.

Cette demande des Etats-Unis pourrait donc être sans suite, à moins que la junte ait des garanties que le Président déchu ne deviendra pas un os dans leur gorge.

Joseph Koffi 

 

Content created and supplied by: Africanewsquick.net (via Opera News )

Burkina-Faso Cyprien Kaboré Roch Kaboré

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires