Sign in
Download Opera News App

 

 

Hommage / Fleur Aké M'Bo entre pleurs, fierté et amour pour son père : une éducation de ... Pasteure !

Une chose est se montrer reconnaissant envers ses géniteurs et bienfaiteurs; une autre est de le faire bien, avec des mots choisis. Et à l'exercice, Fleur Aké M'Bo tient la corde. La Secrétaire Nationale Technique du PPA-CI chargée de la Promotion du parti auprès des Nouveaux Majeurs a rendu un hommage appuyé à son père, Aké M’Bo Bernard Charles, décédé il y a 11 ans. Dans un texte intitulé "Hommage à mon père", publié hier dimanche 26 Juin 2022, sur ses réseaux sociaux et dont nous avons reçu copie, Fleur Aké M'Bo passe en revue le film de sa vie de famille.

La jeune leader en compagnie de son frère aîné, Martial Aké M'Bo, un Pasteur émérite.

La jeune leader politique dépeint avec grand amour et nostalgie les traits de ce père qui "de son vivant, a su transmettre (à tous ses enfants) des valeurs de solidarité, force, abnégation, honneur, dignité, respectabilité par le travail". Et qui, de ce fait, comme elle le relève si bien, n’hésitait pas à se montrer très rigoureux et généreux à la fois.

Papa Aké M'Bo "ne badinait pas sur les principes". Et pour lui, un vrai Homme devait en avoir, les respecter et les faire respecter. Fleur Aké M'Bo et ses frères et sœurs ont été abreuvés à cette bonne source de l'école de la Vie. Chez les Aké M'Bo, la vie se chantait entre Amour paternelle et croyance religieuse rigoureuse. L'ex Docteur Vétérinaire et Directeur Départemental de la Production animale à Agboville et dans plusieurs autres villes du pays y tenait. Il de ce fait bien formaté sa tribu. Tous les 16 frères et sœurs Aké M'Bo le reconnaissent eux-mêmes.

Ici, le père Aké M'Bo Bernard Charles, le jour de son mariage civil en Mars 1980, à Béoumi.

"Tous les soirs, je me rappelle, c’était étude biblique suivie de prières pour la maisonnée. Le dimanche, alors là, c’était le sacro-saint jour. Le dimanche, si M. Aké M’Bo Bernard Charles (papa) ne t'a pas vu à l'église ! Saches que tu es privé du repas de midi. Et maman, sa complice, appliquait à la lettre cette instruction. A cette époque, on allait à l'église malgré nous, souvent à contrecœur. Aujourd’hui on en rit : qu’est-ce qu’on a pu être inconscients !", nous révèle la challenger d’Adama Bictogo entre deux sourires.

La preuve est là, patente. "Les fruits de cette éducation religieuse (c'est) ce que nous sommes tous devenus. Mes frères sont quasiment tous des Pasteurs, qui ont fait des études théologiques et en sont sortis diplômés. Quelques-unes de mes sœurs ont épousé des Pasteurs." Fleur Aké M'Bo elle-même n'y échappe pas dans une certaine mesure.

Certes, elle n'est pas devenue Pasteure mais elle n'est jamais bien loin de nos vénérés guides religieux. Et ce n'est pas Monseigneur Alexis Touably Youlo, l'Éveque du Diocèse d'Agboville qui dira le contraire. Le prélat a adopté le jeune femme comme sa fille et manque rarement les activités auxquelles elle veut bien le convier; et vice-versa !

Tout paraît si beau et si lointain en même temps au pays des AkéM'Bo ! Ce que regrette fortement la militante du PPA-CI.

"Papa, j'ai beaucoup apprise de toi. Et j’aurais tant voulu que tu sois là pour en juger. Papa, il y a des jours où j'ai envie de te voir et te serrer dans mes bras. Papa, saches que tu as forgé des hommes et des femmes qui t’honorent à travers les actions qu’ils posent dans la société. Servir Dieu, c'est se mettre au servir de l'Homme", confesse-t-elle.

Entre Fleur Aké et Monseigneur Alexis Touably, Évêque du Diocèse d'Agboville, une relation filiale forte s'est tissée.

Et pour faire comprendre à tous qu'elle reste une femme politique et engagée, Fleur Aké M'Bo poursuit son bel hommage posthume en avouant que "faire la politique, c’est aussi se mettre au servir de l'Homme. C’est être Moïse pour les populations ; accepter de porter leur fardeau, être à leur écoute, à leur service. Hommes de Dieu, femme politique, l'un dans l'autre, nous sommes tous aujourd’hui au service de l'Homme que tu nous as appris à AIMER et à SERVIR."

Fleur Aké M'Bo à l'âge de 5 ans sous le regard bienveillant de son père, en arrière-plan.

C'est sur ces paroles pleines de spiritualité et réalisme que la "porte-parole" du père Aké M'Bo clôt son hommage. Non sans rappeler des "secrets" de famille qu'elle a bien voulu partager avec nous en sus. Son prénom Fleur est celui qui figurait dans le calendrier le jour de sa naissance (05 Octobre, Sainte Fleur). Quant à Esther, il lui vient de sa maman qui la voyait comme la reine Esther dans la bible; et papa Aké M'Bo, lui, a choisi de l'appeler "Hohonon" (la cheffe, celle qui commande, en langue locale Abbey). Nom prémonitoire !? Ça m'a tout l'air, vu la trajectoire prise par la jeune leader politique, tant dans l'Agnéby-Tiassa que dans le pays tout entier.

Merci Fleur Aké M'Bo Esther Hohonon (FAME) pour ces paroles pleines de sens qui transpirent l'Amour à l'endroit de ton géniteur ! Repos éternel papa Aké M'Bo Bernard Charles !

Patrick_Russel

Content created and supplied by: Patrick_Russel (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires