Sign in
Download Opera News App

 

 

Crise dans le judiciaire en Côte d’Ivoire : les greffiers, en colère, appellent Ouattara au secours

L’Union nationale des greffiers de Côte d’Ivoire (UNAG-CI) a animé une conférence de presse, ce vendredi 28 janvier 2022, dans un complexe hôtelier de Yopougon, pour apporter plus de précision sur la grève de 3 jours qu’elle a entamé la veille.

Par la voix de son président Raymond Gnranka Flan, l’UNAG-CI a donné les 3 raisons de leurs revendications.

La priorité de ces revendications, c’est la réécriture de la loi portant statut particulier des greffiers et son application. Les grévistes réclament également la signature des arrêtés d’avancement de tous les greffiers. En plus de cela, ils demandent l’élargissement de l’assiette des recettes.

Entrant dans le vif du sujet, Raymond Flan a expliqué de façon textuelle l’environnement dans lequel baignent les greffiers.  

‘’Depuis le 7 Juillet 2015, les greffiers de Côte d’ivoire ont bénéficié d’un statut particulier dérogatoire donc du statut de la fonction publique. Ils bénéficient ensuite du décret d’application depuis le 9 mars 2016. Mais depuis cette date les greffiers ne font que subir un certain nombre de dysfonctionnement autour de leurs questions, de leur profession et de l’exercice de leur profession. Un droit fondamental comme l’avancement pour tout agent fonctionnaire de l’Etat n’est pas respecté. De 2017 à 2022, les greffiers n’ont pas été avancés’’, a-t-il expliqué avant d’inviter le grand public à le vérifier auprès de la direction de la solde.

‘’Si la ministre Anne désiré Ouloto a pu signer 78000 arrêtés, 8 mois à peine arrivée à la fonction publique, nous ne comprenons pas pourquoi le garde des Sceaux, Sansan Kambilé, ne suit pas cet exemple pour que notre avancement se fasse tranquillement’’, a ajouté le président de l’UNAG-CI pour marquer l’incapacité ou le manque de volonté du ministre de tutelle à résoudre leurs problèmes.

Admettant que ces questions techniques ne relèvent que de la responsabilité du ministère de tutelle, Flan a émis le souhait de rencontrer le Chef de l’Etat ou le Premier ministre pour trouver des solutions et sortir de cette crise.

‘’Puisque le ministre de la justice et garde des Sceaux n’arrive pas à faire face à la grogne, nous allons nous référer à ses mandants’’, a affirmé une fois de plus le premier responsable de l’UNAG-CI. 

 

Poursuivant, Raymond Flan a accusé dès l’entame de cette grève, jeudi, le greffier des sceaux d’avoir fait casser les portes des bureaux de Greffiers, au Palais de justice du Plateau, pour récupérer les dossiers contenant les audiences du jour, le jeudi.

Indigné, ce dernier a menacé de reconduire cette grève si jusqu’au lundi soir, la situation persiste, et que des négociations ne sont pas engagées.

 

Vagoné Dry-Bi 

 

Content created and supplied by: Africanewsquick.net (via Opera News )

UNAG

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires