Sign in
Download Opera News App

 

 

Burkina Faso : les terroristes ont-ils eu raison du Président Kaboré ?

Les confrères RFI et Jeune Afrique font état d’une arrestation du Président burkinabé Roch Marc Kaboré en dépit des assurances du général Barthélémy Simporé, ministre des Armées et des Anciens Combattants. Coup d’état ou pas, il n’est pas erroné d’affirmer que Roch Marc Kaboré paye le prix de sa gestion de la situation sécuritaire de son pays.

Des informations émanant des confrères RFI et Jeune Afrique font état d’un coup d’état en cours au Burkina Faso ce lundi 24 janvier 2022. « Des militaires se sont donc rendus dimanche soir à la résidence privée du président Roch Marc Christian Kaboré. Ils l’ont emmené vraisemblablement dans une caserne militaire dans laquelle se trouve une prison où il serait désormais détenu. Les mutins exigent la démission du président Roch Marc Christian Kaboré», indiquent ces confrères non sans annoncer une déclaration dans les prochaines heures selon un haut gradé de l’armée.

La vieille, dimanche 23 janvier dernier, le général Barthélémy Simporé, ministre des Armées et des Anciens Combattants, démentait la thèse du coup d’Etat. C’est donc une confusion totale au Burkina Faso où les autorités ont décidé de couper l'internet mobile.

En tout état de cause, ces évènements étaient prévisibles. Entre des attaques meurtrières des Djihadistes et l’incapacité du pouvoir public à défendre la population, un soulèvement était prévisible. Le 14 novembre 2021, 53 gendarmes sur les 120 gendarmes déployés à Inata, avaient été tués. 47 avaient été retrouvés vivants et 20 portés disparus. Le 12 janvier dernier, une tentative de coup d’état avait été déjouée. Si l’information relative à l’arrestation du Président Roch Marc Kaboré est confirmée, les terroristes auraient donc eu raison de lui. La guerre contre le terrorisme n’est-elle pas la priorité des pays du Sahel ?

 

Cyrille NAHIN

Content created and supplied by: S_carmone (via Opera News )

Barthélémy Simporé Burkina Faso Jeune Afrique RFI Roch Marc Kaboré

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires