Sign in
Download Opera News App

 

 

Protection des données personnelles: L’ARTCI dénoncée, une autorité indépendante réclamée

En prélude à la journée internationale de la protection des données personnelles qui se tiendra le 28 janvier, l'Association Ivoirienne Pour la Protection des Données Personnelles (AIPDP) a organisé une conférence de presse, ce mercredi 26 janvier 2022, dans la commune du Plateau, pour marquer le lancement de ses activités. 

Par la voix de son président Guillaume Innocent Anongba, l'association a annoncé de nombreuses actions à mener. 

''Des activités de sensibilisation ayant pour objectif de contribuer à la protection des données personnelles des usagers du numérique seront menées. Nous allons mettre en œuvre des mesures de nature à promouvoir et à protéger les données personnelles. Pour se faire, des échanges seront accentués pour identifier et favoriser les

meilleures pratiques professionnelles. Des recommandations seront formulées aux autorités publiques et aux auteurs de la protection des données personnelles et de la vie privée pour parfaire le secteur», a dit Guillaume Anongba.

Puis d’ajouter : «Par l'organisation de colloques et séminaires de formations, nous allons informer et sensibiliser les personnes physiques ou morales sur l’existence de la protection des données à caractère personnel et privé.»

Selon lui, tout ceci, afin d'assurer une veille 'technique, juridique, managériale) sur les enjeux relatifs à cette question'', a-t-il énuméré entre autres.

Rappelant que la protection de la vie privée et des données personnelles devient un enjeu stratégique partout dans le monde, Innocent Anongba a invité les médias à pencher davantage leurs réflexions sur ce qu'il considère comme un défi qui attend d'être relevé en Côte d'Ivoire.

Amené à se prononcer sur le sujet au cours de cette conférence de presse, Léon Brandré, expert en la matière, a édifié l'assemblée par un bref exposé.

''A l’heure du big data et de l’Intelligence artificielle où les données privées ont valeur d’or sur le marché, très peu de médias et de pays africains semblent préoccupés par la protection des données et de la vie privée des utilisateurs africains des réseaux sociaux'', a-t-il partagé son constat. 

Rappelant qu'en Côte d’Ivoire, une loi 2013 -450 du 19 Juin 2013 relative à la protection des données à caractère personnel a été promulguée, précédant ainsi l’Europe qui a mis en application en Juin 2017 les dispositions du Règlement Général des Données Personnelles (RGDP), Léon Brandré a indiqué que la matière est encore nouvelle et qu'il reste beaucoup à faire.

''Le ministère de tutelle, qui a à sa tête Félix Roger Adom, a fait des efforts, mais il reste encore plusieurs aspects à améliorer. Par exemple, l'ARTCI est à la fois juge et partie dans ce secteur. En disant qu'elle se trouve dans une position de juge et partie, c’est lié au fait que c’est un régulateur et qu’en son sein on a une direction chargée de la protection des donnés à caractère personnelles. On le dit de façon péjorative de sorte que l’autorité arrive à savoir quelles sont ses obligations ainsi que celles des entreprises pour permettre une transparence dans la mise en œuvre de ces données personnelles. Il faut donc une autorité indépendante'', a-t-il ajouté.

Pour rappel, l'AIPDP existe depuis Juillet 2018 et son siège social se trouve à Abidjan, dans la commune du Plateau.

 

Vagoné Dry-Bi

Content created and supplied by: Africanewsquick.net (via Opera News )

guillaume innocent anongba

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires