Sign in
Download Opera News App

 

 

Putsch au Burkina/E. Macron se dit «aux cotés de la CEDEAO pour condamner ce coup d'Etat militaire»

Le Président de la République française Emmanuel Macron a condamné ce mardi 25 janvier 2022 le coup d’État survenu hier au Burkina-Faso et qui a entrainé la destitution du Président Roch Marc Christian Kaboré. Alors qu’il était en déplacement dans le Limousin, Emmanuel Macron a déclaré en marge de cette visite ce qui suit : « J’ai eu de premiers échanges avec les dirigeants de la région, j’en aurai dans les prochains jours ». Pour le Président français, la position de son pays reste invariable « Très clairement, comme toujours, nous sommes aux côtés de l’organisation régionale qu’est la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest pour condamner ce coup d’État militaire ».

Dans un communiqué signé des mains du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, Président du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) mis en place pour assurer le pouvoir, les mutins annoncent la fermeture des frontières à compter d’hier lundi à minuit et un couvre-feu de 21 h à 5 h sur l’ensemble du territoire national. Par ailleurs, les nouveaux hommes forts du Faso ont souligné que leur prise de pouvoir s'est déroulée sans violence et que les personnes arrêtées se trouvent en lieu sûr. Pour rassurer les partenaires du Burkina Faso, le MPSR prend l’engagement de « proposer dans un délai raisonnable, un calendrier de retour à un ordre constitutionnel accepté de tous ».

Toutefois, la question qui revient sur toutes les lèvres est celle en rapport avec le lieu de détention du Président déchu Roch Marc Christian Kaboré. Emmanuel Macron qui répondait aux questions des journalistes dans le cadre de sa visite dans le Limousin s’est prononcé sur la question. « On m’a dit qu’il n’était pas menacé dans son intégrité physique » a-t-il confié.

 

Avant de clore son propos, Emmanuel Macron a indiqué que le Quay d’Orsay suivait de près l’évolution de la situation au Burkina-Faso avant de déplorer cet énième putsch qui « s’inscrit dans une succession de plusieurs coups d’Etat militaires qui sont extrêmement préoccupants, dans un moment où la région sahélienne doit avoir une priorité qui est la lutte contre le terrorisme islamiste ».

 

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

cedeao emmanuel macron

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires