Sign in
Download Opera News App

 

 

Trêve sociale / P. Attabi (CSSP-CI): " La lutte continue …"


Une semaine après la déclaration du Président de la république, à l'occasion du soixante deuxième anniversaire de l' indépendance de la Côte d'ivoire, marquée par des mesures sociales en faveur des travailleur du secteur public, Pacôme Attabi, Président de le Coalition des syndicats du secteur public de Côte d'Ivoire (CSSP-CI ), la faîtière la plus active dans la défense du droit des travailleurs du secteur public et non signataire de la trêve sociale, se veut plutôt mesuré dans l'appréciation des annonces du chef de l'état.




Bonjour Pacôme ATTABY. Comment se porte la CSSP-CI dont vous êtes le Président depuis Juin 2020 ?


Bonjour. La CSSP-CI se porte bien. Merci.

Le discours du chef de l'Etat est perçu comme une avancée notable dans la satisfaction des revendications des travailleurs. Et pourtant votre déclaration semble très peu enthousiaste.

En règle générale, chacun commente la déclaration de la COALITION des Syndicats du Secteur Public ( CSSP-CI) selon ses propres ressentiments.Ce qu’il est bon de savoir est que nous avons salué les quelques réponses données aux revendications des Fonctionnaires par le Chef de l’Etat.

 Une opinion vous présente comme le maître d'œuvre de la revalorisation de l'indemnité de logement. Qu’en pensez-vous?

Dans une société, tout le monde ne peux pas être tricheur. Et l’opinion qui salue les réponses à nos sacrifices, connus de tous, est juste. Celle qui dit autre chose est dans le déni volontaire de la vérité. En effet, le combat que j’ai conduit depuis 2018 pour la revalorisation des indemnités de logement des enseignants du premier et second degré était pratiquement terminé aux discussions du 10 au 12 Avril 2019 de Grand Bassam. C’est d’ailleurs le seul combat mené en Côte d’Ivoire pour cette revendication.Les conclusions avaient été portées au Premier Ministre GON COULIBALY paix à son âme. Certains conseillers discrets du Premier Ministre avaient été très clairs avec moi dans nos discussions en main souterraine ; le Gouvernement ne pouvait prendre le risque d’augmenter seulement les indemnités de logement des enseignants car, cela aurait soulevé les autres Fonctionnaires et ceux qui n’en bénéficiaient pas. Ils estimaient également que répondre positivement à notre grève dans le contexte de la trêve sociale tuait du coup la trêve qu’ils avaient eux-mêmes mise en place.Par la suite, nous avons tout fait mais le Gouvernement a préféré nous réprimer avec un cynisme inédit en Côte d’Ivoire ; nos camarades jetés en prison, nos motos brulées à Bouaké suivi de chasse à l'homme dans la ville, nos salaires suspendus, une procédure illégale de radiation des effectifs de la fonction publique engagée contre nous etc…bref !Aujourd’hui, après avoir retiré, à dessein, mon organisation des dernières discussions, le Gouvernement a fini par concéder 20 000 F aux indemnités de logement des enseignants et étendre cette indemnité à tous les Fonctionnaires. L’éléphant est couché dans le village, ce n’est même plus la famille du chasseur qui s’en délecte c’est tout le village ; je rends gloire à Dieu et je m’incline encore devant la mémoire de mes compagnons de lutte morts au front tel que le Fédéral Adolphe GOGBEU de San pedro et autres. Je suis sincèrement heureux pour les nouveaux bénéficiaires d’indemnités de logement, je les félicite ; La lutte continue.

La COALITION, in fine, a été écartée du dialogue social qui a abouti à la signature de la trêve, il y a quelques jours. Vous sentez-vous concerné, malgré tout?

Vous dites vous-mêmes que la COALITION dont je suis le Président a été mise à l’écart avant la signature de la trêve. Vous avez la réponse à votre question…(éclat de rires)

Sinon, avez-vous des actions en vue pour faire entendre une autre voix chez les travailleurs ?

Nous ne sommes pas signataire d’un protocole d’accord portant trêve sociale. Du reste, la lutte est dynamique et dialectique.

A la plainte de certaines corporations se disant lésées , un leader syndical a estimé que ces corporations avaient le devoir de soutenir les autres corporations moins nanties, selon lui. Partagez-vous son approche?

Je suis pour que chacun exprime librement ce qu’il ressent. Que ceux qui sont satisfaits des réponses du Gouvernement exultent librement mais, aussi, que ceux qui ont une autre appréciation de ces mêmes réponses l’expriment également sans faire des comparaisons. En effet, à l’Entente Internationale des Travailleurs et des Peuples (EIT), je milite pour la liberté d’expression démocratique dans le respect mutuel des forces en présence. C’est pourquoi toute forme d’autocratie me dégoute.

Ne voyez- vous pas dans cette autre signature la mort du syndicalisme en Cote d'ivoire ?

On ne tue pas le syndicalisme aussi facilement. Il peut effectivement mourir si les travailleurs eux-mêmes sont pusillanimes. Dans tous les cas, la COALITION attend toujours la bonification de l’Indice Référentiel de Base et les réponses aux revendications sectorielles.Par ailleurs, la COALITION a demandé :le relèvement de l’allocation familiale à 10 000 F, elle a obtenu 7500 F,Le relèvement de la prime de transport à 20 000 F pour Abidjan et 16 000 F pour l’intérieur, elle a obtenu 20 000 F effective pour Abidjan et 10 000 et 15 000 F pour l’intérieur.Nous saluons ces acquis. Nous saluons surtout l’entrée en vigueur immédiat de ces réponses car, les ivoiriens croupissent sous le poids de la cherté de la vie. Toutefois, nous continuons d’appeler le Gouvernement à contrôler l’inflation car il ne sert à rien de donner par la main droite pour reprendre par la main gauche. 

Par Emmanuel Fofana

Content created and supplied by: Emmanuelfofana (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires