Sign in
Download Opera News App

 

 

Mali/ Coup d’Etat: le Colonel Amadou Keïta et 6 coaccusés inculpés pour atteinte à la sureté de l'Etat

La junte militaire au Mali a informé l’opinion nationale et internationale, qu’un coup de force militaire a été déjoué de justesse « dans la nuit du 11 au 12 mai ». A la manœuvre, un «groupuscule d’officiers et de sous-officiers anti-progressistes maliens » a affirmé le porte-parole du gouvernement malien. Par ailleurs, ces présumés putschistes auraient bénéficié selon Bamako, du soutien « d’un État occidental ». Le porte-parole du gouvernement Abdoulaye Maiga avait indiqué que des meneurs avaient été « interpellés et seront mis à la disposition de la justice ». Ni l’identité, ni le nombre de ces personnes n’avaient été divulgués. Pour le gouvernement malien, le dessein de ces putschistes était de « briser la dynamique de la refondation » malienne.

Aujourd’hui on en sait un peu plus sur les suspects interpellés. Selon des sources judiciaires maliennes, ils sont sept à avoir été présentés hier mardi 17 mai dans l'après-midi devant le Tribunal de la Commune 6 de Bamako et inculpés « d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État et tentative de déstabilisation », avant d’être placés sous mandat de dépôt.

Qui sont ces hommes ? Le plus élevé en grade de ces « anti-progressistes » est  le Colonel Amadou Keïta. Cet officier était le Rapporteur de la Commission défense du Conseil National de Transition (CNT). Du coté de Bamako, l’on indique qu’il serait un proche du Président du CNT, le Colonel Malick Diaw.  Au nombre des personnes inculpées, figure également  Baba Ahmed Ag Ahmeida, membre de la Coordination des Mouvements de l'Azawad (CMA), les ex-rebelles signataires de l’accord de paix de 2015. Toutefois, la Coordination des Mouvements de l'Azawad, rejette catégoriquement cette thèse et signale que Baba Ahmed Ag Ahmeida a été arrêté le 7 mai 2022, soit environ cinq jours avant la tentative de coup d’Etat.

Pour ce qui est des autres présumés putschistes aux mains de la justice malienne, il s’agirait en gros d’un lieutenant, d’un sous-lieutenant, d’un sergent-chef, d’un adjudant de l’infanterie, de la sécurité militaire ou appartenant à la cavalerie. En attendant un procès que nous souhaitons juste et équitable pour les personnes arrêtées afin de connaître la manifestation de la vérité, la junte a indiqué avoir renforcé les contrôles aux différentes sorties de Bamako et à ses frontières.

 

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

amadou keïta bamako mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires