Sign in
Download Opera News App

 

 

Écartée de la 2ème édition du "Simone Day" : Maguy Zombrot (initiatrice du projet) explique tout !

Maguy Zombrot, citoyenne franco-ivoirienne, entrepreneure dans le domaine médical et conférencière web résidant en France, milite pour le respect des droits humains depuis plusieurs années. Favorisant la promotion de la culture démocratique et plaidant pour la participation de la femme à la vie sociale, politique et économique, notamment en encourageant leur engagement en politique, elle est l'initiatrice du projet "Simone Day" dont la première édition organisée, le 8 août 2021, a connu franc succès. Pour l'organisation de la seconde édition, Dame Zombrot, n'a malheureusement pas réussi, à accorder ses violons avec le cabinet de Mme Gbagbo. Joint par téléphone, elle a décidé de se confier à la rédaction. Entretien

Yannick Lahoua : Parlez-nous du Simone Day. Comment vous est venu l'idée ?

Maguy Zombrot : De manière inattendue ! Je discutais avec une amie qui me parlait du Mandela Day et du grand homme qu’a été Mandela. Aussitôt, j’ai eu le déclic puisque depuis un bon moment déjà, je disais à qui veut l’entendre que l’Honorable Simone GBAGBO ne méritait pas tout ce déferlement de haine et ces injures nauséabondes sur la toile. Elle a beaucoup souffert pour défendre sa vision politique. Elle a été humiliée et traitée comme un vulgaire bandit. Je me disais qu’on devrait lui rendre hommage, lui dire qu’il y a des ivoiriens et amis de la Côte d’Ivoire qui l’apprécient et qui sont reconnaissants de ce que son combat politique pourra léguer aux générations futures. Rappeler tout simplement aux gens que nous avons une vraie combattante de la liberté dans notre pays, à l’instar de Simone de Beauvoir en France ; en un mot, l’honorer. Mon amie en question a trouvé l’idée superbe et m’a encouragé à me lancer. Ainsi, avec mon époux Olivier Blé et notre petite équipe, nous avons commencé à tout mettre en place. La première étape était de rentrer en contact avec le Dr Simone EHIVET GBAGBO et même d’autres personnalités ivoiriennes associées à l’événement. Une fois cette étape franchie, nous étions réellement lancés.

Y.L : Quel bilan faites-vous de la première édition du Simone Day à Bonoua ?

M.Z : Un bilan positif et très satisfaisant pour une première édition préparée en un rien de temps et financée sur fonds propres. En effet, comme je le disais tantôt, l’idée m’est venue mi-juillet alors j’avais moins de 3 semaines pour concrétiser ce projet. Grâce au précieux concours de ma famille, quelques amis, la web TV Eburmedia et la PLAPOFCACI représentée par Mme Noëlle Houlé, qui étaient nos partenaires, nous avons réussi à mettre tout en place. Mais le plus gros du travail d’organisation revient au Cabinet de l’Honorable Simone EHIVET GBAGBO qui a mis le pied à l’étrier et a tout chapeauté sur place à Bonoua. Vu que j’étais en France à cette période et dans l’impossibilité de déplacer. Je ne pouvais pas moi-même tout gérer, il est évident que sans leur concours, l’événement n’aurait pas connu un tel succès. Quelques couacs comme pour toute première fois mais sans conséquences majeures !

Ma satisfaction vient du fait que la place Amangoua refusait du monde et que la majorité des invités ont fait un retour positif. Je me réjouis également de ce que la cérémonie d’hommage nous a permis de voir une femme heureuse, libre et épanouie : la lionne Abouré. Elle a pris son bâton de pèlerin et a appelé les ivoiriens à rechercher l’excellence et l’exemplarité en politique.

Étant donné que c’était mon objectif premier de la voir sourire, je peux conclure que le Simone Day était un franc succès.

Y.L : À quand la seconde édition ? Vu que nous sommes déjà le 8 août 2022 ?

M.Z : Effectivement, nous sommes le 8 août 2022 aujourd’hui mais il n’y a rien de prévu.

Il faut dire que de prime abord, je me suis intéressée au parcours inspirant de Madame Simone Ehivet Gbagbo. Ensuite pour les éditions à venir, il était prévu que d’autres femmes de Côte d’Ivoire, peu importe leur appartenance politique, soient honorées. Car, l’objectif fondamental du Simone Day est de pousser les femmes ivoiriennes à oser de plus en plus, à se lancer en politique, à avoir pour modèle leurs devancières.

Nous sommes tous conscients aujourd’hui que l’enracinement de la culture démocratique en chaque citoyen est un gage de paix, de stabilité et de développement durable. Alors, en remettant chaque année, le prix Simone Day, à une femme ivoirienne leader engagée en politique, ce serait en quelque sorte le symbole du passage de flambeau à la nouvelle génération, de la transmission des valeurs démocratiques.

Il se trouve que cet événement devait s’organiser avec la caution du Dr Simone Ehivet Gbagbo et en collaboration avec son Cabinet. Lors de son allocution du 8 août 2021, l’Honorable avait elle-même donné son accord pour institutionnaliser l’événement et le rendre annuel. Sauf que malheureusement, nous n’avons pas réussi avec son Cabinet, à accorder nos violons dans le cadre de l’organisation du Simone Day Édition 2022.

Y.L : Quel est le message que vous voulez lancer à l'ancienne première Dame, Simone Gbagbo en ce qui concerne ce projet ?

M.Z : Je n’ai pas de message particulier pour le Dr Simone EHIVET GBAGBO. J’aimerais juste qu’elle sache que même si je ne suis pas membre de son mouvement politique MGC, elle reste une femme politique que je respecte et dont je reconnais et valide le combat pour la souveraineté de l’État de Côté d’Ivoire. Je lui souhaite plein succès dans sa nouvelle carrière en tant que cheffe de mouvement politique.


Interview réalisée par Yannick Lahoua

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

maguy zombrot initiatrice simone day simone gbagbo yannick lahoua

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires