Sign in
Download Opera News App

 

 

Russie-Mali : l'histoire justifie l'alliance de ces deux grandes nations

Russie-Mali : Le sens profond d’une alliance.

Dans l’histoire de la coopération entre les peuples, plusieurs motivations d’ordre géostratégique ou économique constituent en général, les données évoquées. De telles analyses prennent sens en référence à cette pensée d’un président de la République française, affirmant à juste titre que « Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts. »

En effet, en se penchant un tant soit peu sur les faits de coopération, notamment entre la France et les pays de son pré carré, nombre de personnes, voire les concernés, chefs d’Etats de nos pays, se sont laissés littéralement abuser par ce qui du reste n’était hypocrisie diplomatique. Ainsi à titre indicatif, on peut rappeler les retentissantes péripéties des couples de sa majesté l’empereur Jean Bedel Bokassa et du président Valéry Giscard d’Estaing !

Depuis donc ce précédent et bien d’autres à la suite, les chefs d’Etat, voire pour une fois 99,99% de formatés restent à présent convaincus que ces amitiés se targuant même de fraternité avec grande manifestations ostentatoires, notamment lors des visites officielles, n’ont rien de sincère que de poudre aux yeux.

On pourrait donc être amené à considérer, et à juste titre que la coopération entre le Mali d’Assimi Goïta et la Russie de Poutine abonde dans ce sens, avec, on pourrait l’affirmer à raison, la prédominance de la motivation géostratégique.

En effet, sur le plan diplomatique, les deux pays sont tenus par des dirigeants quasiment victimes du lynchage diplomatique orchestré par les « gendarmes du monde » et leur armada mass-médiatique arrosant toute la planète de leur catéchisme du supra de la civilisation occidentale technologisée.

Partant sur ce principe de « qui s’assemble se ressemble », Poutine et Assimi Goïta ont engagé avec le soutien de leurs peuples qui une guerre pour sécuriser sa souveraineté, qui pour sortir son pays du giron de la France-Afrique. Et c’est justement par rapport au paramètre du peuple qu’il convient de rechercher les voies et moyens de renforcer cette alliance au-delà des paramètres contingents inhérents à la défiance au diktat des maîtres de cette communauté dite internationale en ces outils de pression et de répressions qui ont pour noms : ONU, CPI, …

On n’omettra pas non plus tout le dispositif de déconcentration affilié par région tel la CDEAO , ou alors d’autres se prévalant de leur neutralité par essence tel Human Right dont les sanctions ou autres déclarations qui aidé par le dispositif de la communication planétaire, ont fini par avoir l’assentiment de 99,99% de formatés au niveau mondial.

Notre contribution voudrait proposer de susciter une véritable coopération des peuples Malien et russe, en leur indiquant combien l’histoire confère les pistes d’une alliance qui peut se renforcer au-delà du protocole ou des effets d’une situation politico militaire de circonstance.

En parcourant l’histoire de ces deux peuples, on note des occurrences sublimes en termes de valeurs anthropologiques, sociologiques et donc culturelles. Ainsi pourrait-on dire que plus que les circonstances de raison, l’alliance entre ces deux peuples pourrait faire l’objet de la proposition d’une véritable fraternité au-delà des critères de race, de langues et de religions.

D’abord, considérant la dénomination Russe et Mali, on note que leur origine est d’ordre quasiment millénaire. Ainsi, pourrait-on faire noter que pour ce pays africain, il est l’un des rares à avoir revendiqué la restitution de son identité en rapport avec cette brillante civilisation millénaire.

Ensuite, il est possible de faire ressortir le fait évident qu’au plan du territoire, ces deux peuples ont connu la gloire de l’expansion qu’est venu briser la colonisation pour le mali, et désintégrer la cohésion d’Union Soviétique par les coups de boutoir du bloc capitaliste pour ce qui est de la Russie.

Et enfin, et non des moindre, les grands hommes qui ont donné à ces deux Etats, de se sentir, tous les peuples ensemble, une nation, donnée qui est à la peine dans nombre de pays, singulièrement ceux du continent noir, où, les Etats sont nés d’une partition de territoire tel que de parts d’un gâteau.

En citant des personnages tels que le Tsar Alexandre le grand pour la Russie d’une part, ou alors Moussa Kango Moussa, le monarque à la gloire et richesse inégalée à ce jour pour le mali ; on puis affirmer que ces deux peuples ont de quoi fonder durablement leur alliance pour résister aux antagonismes tant endogènes, qu’exogènes.

En considérant que ces deux peuples et nations ont des hommes et des femmes outillés pour valoriser ses données immatérielles hautement stratégiques dans la perspective de lutter contre la montée de mondialisation sans âme , sinon que d’élever au plus haut niveau les ordres désincarnés de l’avoir, du savoir et du pouvoir ; il leur revient de créer en cette alliance cette humanisation comme ilot de résistance à la pensée unique qui, on s’en rendra compte tôt ou tard, sert de terreau aux déchets éthiques tel : le racisme, à l’antisémitisme… et par-dessus tout, le suprémacisme. ,

A bon entendeur… le vieux Prophète Jonas des temps modernes assisté du jeune Prophète Moïse des temps modernes vous disent à très bientôt… Pour d’autres thèmes autrement plus positivement décalés les uns que les autres… Le tout pour l’objectif de l’âge d’or du premier continent pour l’ère de la sainte montagne prophétisé en ISAIE 19

Content created and supplied by: Adiandjef (via Opera News )

russie-mali valéry giscard d'estaing

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires