Sign in
Download Opera News App

 

 

Tourisme/ M.Ouattara Alhassan(Président de HOREST):" A Bassam, nous traînons encore des casseroles"

Photos/ M.Ouattara Alhassan(Président des acteurs de l'hôtellerie, de la Restauration et du Tourisme de Grand-Bassam)

"Les opérateurs du tourisme et de l'hôtellerie traînent toujours des casseroles"

" Nous continuons de nous battre,"

M.Ouattara Alhassan est le président des acteurs de l'hôtellerie, de la Restauration et du Tourisme de la ville de Grand-Bassam, une organisation qui regroupe plusieurs membres, et qui permet à ces différents secteurs d'activités de connaître une dynamique. Dans cet entretien qu'il a bien voulu nous accorder, il nous parle ici de cette organisation et relève les difficultés que traversent les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration à Grand-Bassam.

* Comment se porte votre organisation qui est l'HOREST, mais surtout les secteurs de l'hôtellerie, du Tourisme et de la Restauration dans le département de Grand-Bassam ?

Merci de nous donner l'occasion de parler de notre organisation Horest dont j'ai l'insigne honneur de présider. Pour revenir à votre question, je dirais que notre organisation se porte très bien, les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration à Grand-Bassam se portent aussi bien même si on peut penser que les choses trainent un peu à cause de la covid-19 dont l'impact est encore visible. Le secteur du Tourisme particulièrement bouge bien car dans un passé récent, nous étions à Yamoussoukro pour la FENITOUR-CI impliquant tous les opérateurs du secteur du Tourisme afin de réfléchir sur les problèmes rencontrés par les acteurs du secteur. C'était une initiative de Côte d'Ivoire Tourisme, et je voudrais profiter de votre lucarne pour dire merci à la nouvelle Directrice générale qui a eu le nez creux en initiant cette rencontre.

* Parlez-nous un peu de ce qui a été dit à la rencontre de Yamoussoukro?

Comme je le disais c'était une initiative de Côte d'Ivoire Tourisme qui a bien voulu rencontrer tous les opérateurs de l'hôtellerie, de la Restauration, du tourisme pour comprendre un peu les différents problèmes de ces secteurs. Il faut dire que les débats ont été houleux et enrichissants pour chaque membre qui y était. Il y a eu des panels qui ont développé de bons sujets, et à la fin, on a retenu qu'il y a lieu pour la Côte d'Ivoire de penser à développer le tourisme local. Nous pensons que les belles propositions ne resteront pas lettre morte.

* Vous évoquiez la bonne marche des secteurs du tourisme, de l'hôtellerie et de la Restauration à Grand-Bassam, et pourtant on constate la fermeture de certains complexes hôteliers. Comment cela s'est explique?

On va dire que c'est l'impact du covid-19 mais c'est à nous les acteurs de savoir s'adapter à la situation que nous impose le covid-19. Il faut s'adapter à chaque événement qui survient. Cette pandémie ne finira pas demain, c'est donc à nous de nous adapter pour vivre avec elle, et de faire en sorte que notre secteur d'activité puisse vivre. On continue d'exercer malgré le covid-19. Les choses vont clopin clopan pour le moment mais qu'est-ce qui prouve qu'on ne pourra pas relever nos secteurs d'activités demain malgré l'existence du Covid-19. Il faut simplement s'y s'adapter et travailler dur.

* Vous arrive-t-il souvent, au niveau de Horest, de vous rencontrer avec vos membres pour partager leurs préoccupations ?

Oui. Au niveau de Horest, nous faisons des réunions mensuelles au cours desquels nous debattons des problèmes. Pareil au niveau de FENITOUR-CI notre faîtière où nous avons également des rencontres sous la direction du président Diomandé que je salue au passage. Au niveau de Horest, les choses vont comme ça parce nous devons être là pour éveiller les consciences de nos membres. Nous ne cessons de lancer des appels pour dire que le fonds de Covid est encore là. Et que les membres doivent aujourd'hui savoir que nous passons désormais à la phase d'aide effective, mais il faut constituer des dossiers, présenter de bons documents fiables qui vont vous permettre de bénéficier de ce fonds. C'est pourquoi au niveau de FENITOUR-CI, nous avons mis sur pied un cabinet qui va s'occuper du montage de dossiers dans ce sens.

* Suite à l'attentat qui a frappé la ville de Grand-Bassam et avec l'avènement du COVID-19, vous n'avez pas cessé de multiplier des appels pour une aide de l'État aux opérateurs économiques surtout touristiques. Vos appels ont-ils été entendus ?

Nous continuons de nous battre parce qu'effectivement nous avons lancé des appels afin que l'État nous vienne en aide à cause de tout ce que nous avons traversé, mais jusque-là, a Grand-Bassam, les opérateurs des secteurs du tourisme et hôtellerie continuent de trainer encore des casseroles. Le gouvernement qui avait promis accompagner les acteurs de ces secteurs n'a toujours pas encore réagi. Aujourd'hui, nous trainons des casseroles au niveau des impôts, de la CNPS, des Taxes à payer etc. Nous espérons que l'État nous reviendra incessamment. Les secteurs du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration de Grand-Bassam, continuent de vivre des difficultés. Il n'y a qu'au niveau des taxes qu'on a appris qu'il va avoir une baisse des taxes parce que la CEDEAO lors de sa dernière rencontre avait émis l'idée que les taxes soient réduites considérablement au niveau de l'hôtellerie. On verra donc les résultats bientôt.

* Quels étaient les grands chantiers que vous aviez voulu réaliser et que vous n'avez pas pu faire?

Tout à fait. La covid est venu nous stopper dans notre élan, sinon avant 2020, nous avions comme projet de mettre sur pied une assurance maladie pour nos membres, ensuite chercher à créer un fonds qui permettra de soutenir les membres. Vous savez bien qu'avec les banques ce n'est pas facile, il y a beaucoup de difficultés pour apporter un soutien aux opérateurs. C'est pourquoi je voulais dire merci ici à la structure qui vient de signer une convention avec la FSA pour faciliter la situation aux opérateurs que nous sommes.

* Votre mot de fin

C'est de d'exprimer mes vœux de santé à toute la population ivoirienne en général et particulièrement aux membres de notre organisation, surtout une santé de fer et de diamant qui ne s'altère jamais..

J.T

Content created and supplied by: Jose_Teti (via Opera News )

HOREST M.Ouattara Alhassan Restauration

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires