Sign in
Download Opera News App

 

 

Filière Cajou / Campagne 2022 : de nouvelles stratégies de financement à l’étude par des experts et partenaires du secteur

L'Association professionnelle des transformateurs industriels de la cajou (Aprotic) a été en atelier master class sur les stratégies de financement de la campagne cajou,  ce jeudi 27 janvier 2022, à son siège social à Abidjan Cocody. Cet atelier réunissant plusieurs experts, partenaires et spécialistes du monde des finances a été l'occasion pour les participants d'ébaucher les difficultés inhérentes à leurs secteurs d'activités non sans plancher sur les stratégies de financement.

 

 La campagne cajou 2022 arrive à grands pas. Aussi, en vue de faire face aux éventuelles difficultés qui pourraient entraver la campagne cajou 2022 qui s'ouvre dans quelques jours, dont la plus prévisible est l'accès à un financement suffisant et à un coût abordable, l’Association Professionnelle des Transformateurs Industriels de la Cajou (APROTIC) a-t-elle initié un atelier de formation et de sensibilisation de ses membres et partenaires intéressés, sur la stratégie de financement de la présente campagne. Ce dans l’optique de répondre aux défis majeurs du secteurs. Et pour cause, "premier producteur mondial, premier transformateur africain et 3ème transformateur mondial avec 137000 tonnes de noix de cajou transformées en 2021, la Côte d'Ivoire entend consolider ses acquis pour une économie plus forte et compter dans le concert des nations'' .  Ainsi, cet objectif semble bien avoir été perçu par les acteurs de la filière cajou qui multiplient les initiatives pour y arriver. 

 

 «La tenue de cet atelier s'inscrit dans la politique de  l'Etat de côte d'ivoire qui s'est fixé pour objectif la transformation de 50 pour cent de sa noix de cajou contre 14 d'ici 2025 », a indiqué Sanogo Tahirou, président du conseil d’administration de l’Aprotic. Tout en saluant les nombreux efforts consentis par l’Etat pour l’essor de la transformation, il n’a pas occulté d’autres difficultés liées au financement des Unités de Transformations nationales pour l’acquisition de la matière première . L’insuffisance d’informations sur les moyens de financement disponibles dans l’environnement; l’inadéquation et de l’impertinence de la structuration des financements constituent la problématique majeure de la filière.

 Par ailleurs, le président Sanogo Tahirou a indiqué que cette stratégie vise à créer une plateforme dynamique d'échanges et de concertations entre opérateurs du secteur et de la transformation, dans le respect des spécificités individuelles, dans l'intérêt commun de la profession et du pays. Présenter sous la forme d'une Master Class , il s’agira pour les participants à cet atelier de poser un diagnostic des méthodes de financement de la filière et de présenter le panorama des types et mécanismes classiques de financement usités en Côte d’Ivoire et accessibles aux transformateurs du cajou ; de présenter et expliquer leurs différents offres de produits financiers avec les conditions personnelles et d’accès ; les délais de traitement des requêtes en financement et les risques opérationnels attachés à chaque type de financement. 

 

Les présentations et débats ont été animés par un pool de spécialistes et conseils de la finance, banquiers traditionnels et experts nationaux et internationaux de solutions alternatives de financement des Entreprises dont le Conseil Coton Anarcade. Plusieurs témoignages et d'expériences vécues par des professionnels de la transformation en matière de recherche de financement ont été également au centre des échanges jugés très enrichissants par la trentaine de participants .

 

En 04 h de temps les participants à l'atelier devront trouver les solutions adéquates pour répondre aux attentes nationales en matière de transformation de la noix de cajou. La transformation industrielle du cajou, en effet, a été amorcée il y a à peine trois ans (2019) avec la multiplication des investissements privés (nationaux et étrangers). La Côte d'Ivoire est passée d'une capacité de transformation de moins de 100 000 tonnes en 2019 à près de 400 000 tonnes en 2021 avec un total de cinquante-deux (52) unités dont 12 micro-unités de 600 tonnes à 1 800 tonnes.

 

L’ Association est à but non lucratif, apolitique, laïque et soumise aux dispositions de la loi n°60-315 du 21 septembre 1960 relative aux associations en Côte d'Ivoire, l'APROTIC est une structure inclusive pour des opérateurs étrangers et nationaux, sans considération ethnique ou raciale. Elle vise, selon matrice, au rassemblement de tous les transformateurs et porteurs de projet mature, exerçant sur le territoire national.

 

Franck K avec Sercom 

Content created and supplied by: Franck_K (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires