Sign in
Download Opera News App

 

 

Transfert de la capitale à Yamoussoukro : Gbagbo parle de son désaccord avec Houphouët-Boigny

En Côte d'Ivoire, le président Gbagbo a été le plus grand rival politique d'Houphouët Boigny. Son ambition de créer un parti politique dans le but d'apporter le multipartisme a permis aux militants du PDCI de le voir tel un adversaire audacieux et même obstiné. Certains ivoiriens auraient souhaité que le pays continue d'exister avec à sa tête le président qui lui a accordé l'indépendance, la paix, et le bonheur.

Tout le monde savait qu'il y avait une adversité politique entre Houphouët et Gbagbo. Mais, ce ne sont pas tous les Ivoiriens qui avaient les informations sur les réelles dissensions entre le 'vieux' et son 'fils'. Ce mercredi 02 février 2022 à Mama, Gbagbo Laurent a révélé un secret sur le transfert de la capitale à Yamoussoukro.

Dans son discours retranscris sur la page Facebook du média "Gor TV", il a dit ceci: "la loi sur le transfert de la capitale à Yamoussoukro a été votée en 1982 sous le président Houphouët Boigny. C'était une loi juste, même si je l'avais critiqué en son temps parce que Yamoussoukro est la ville natale d'Houphouët".

On aime entendre ce genre de déclarations positives de la bouche des hommes politiques ivoiriens. Même si Gbagbo n'avait jamais ouvertement dit qu'il désapprouvait cette décision d'Houphouët-Boigny, il ne nie pas que ce fut une idée noble. Toutefois, le point de discorde était que Yamoussoukro est la ville natale du président Houphouët.

Le fait qu'un chef d'État décide de transférer la capitale du pays dans sa ville natale fait penser à une gestion politique égoïste, même si cette ville a de très grandes ressources. Si chaque président de la Côte d'Ivoire avait eu l'intention de déplacer la capitale dans son village, cela aurait créé des tensions et la ville d'Abidjan ne serait pas devenue ce qu'elle est aujourd'hui.

Comme on le dit en politique, l'État est une continuité. Il faut que chaque pays avance avec le temps. Pour cela, les présidents qui se succèdent doivent travailler en se servant des réalisations du passé pour améliorer le présent. Houphouët Boigny a beaucoup travaillé, Henri Konan Bédié a continué dans le même élan. Guéi Robert et Gbagbo ont fait de même. Présentement, c'est Alassane Ouattara qui est en train de travailler dans le pays. On espère que le président qui lui succèdera fera mieux que ses prédécesseurs.

Content created and supplied by: Soldatduciel (via Opera News )

Gbagbo Houphouët Boigny Yamoussoukro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires