Sign in
Download Opera News App

 

 

Café-Cacao: des producteurs ont entamé une grève illimitée !

Des producteurs de Café Cacao en colère contre la gestion des 17 milliards de fonds Covid-19 par le Conseil du Café Cacao ont entamé une grève illimitée, mercredi 3 août, dans les 13 délégations de production des fèves.

L’annonce même de cette grève sonnait déjà comme un discrédit pour le directeur général du Conseil du Café Cacao, Yves Brahima Koné qui, le 4 juin dernier à Yamoussoukro, lors de la journée d’hommage au président de la République, Alassane Ouattara, semblait dire que tout va très bien dans la filière. Et pourtant, des coopératives attendent toujours de recevoir les 2 millions FCFA  de leur part du fonds Covid-19, des producteurs se plaignent de la pénurie des sacheries alors qu’ils continuent d’être prélevés pour l’achat, le prix bord champ du cacao n’est pas respecté dans certaines régions.

Pis depuis peu, ce sont des coopératives de Café Cacao qui crient à des redressements abusifs de la part des directions des impôts de l’intérieur du pays. Désormais en Côte d’Ivoire, des impôts sont prélevés sur les bénéfices industriels et commerciaux (BIC), les bénéfices agricoles (BA) et le revenu des valeurs mobilières (IRVM) des coopératives de Café Cacao. Alors que le code des impôts en vigueur dans le pays les exonère de ces trois types d’impôts.

On peut alors s’interroger sur le rôle et la responsabilité du Conseil du Café Cacao, organe de régulation de la filière qui participe à plus 40% du produit intérieur brut de la Côte d’Ivoire dans cette situation. Cela doit interpeller le gouvernement et le Premier ministre Patrick Achi. On ne peut pas organiser une journée d’hommage au président Alassane Ouattara pour prouver à la face du monde que tout va bien dans la filière et se retrouver deux mois après avec des grèves et des redressements fiscaux jugés excessifs par les acteurs de ce secteur.

P. Méka

Content created and supplied by: Patrick-Méka (via Opera News )

alassane ouattara covid-19

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires