Sign in
Download Opera News App

 

 

Paroles de personnes en transe aux funérailles : voici pourquoi elles pourraient dire la vérité

L'histoire qui va suivre n'entend aucunement jeter un pavé dans la mare des croyances populaires en relation avec les manifestations paranormales lors des funérailles, notamment en Côte d'Ivoire. Elle est simplement un témoignage portant sur ces étranges faits sociaux, pour en donner ma position sur leur pertinence.

Des personnes en transe lors de funérailles, en Côte d'Ivoire notamment, (pour circonscrire la sphère de mon témoignage), est un phénomène de société récurrent. Durant cette phase « d’état second » de ces personnes, elles disent des paroles qui sont saisies comme venant du défunt ou des ancêtres. Ces « prophéties d’outre-tombe » sont entendues avec circonspection, ou doublées de peur chez certains auditeurs du message.

On en arrive à se poser une question : la personne en transe dit-elle la vérité ? Ne serait-ce pas une manipulation des faits qu’elle-même connait bien avant la mort de celui (ou celle) dont elle serait en train de transmettre recommandations, exigences, avertissements, et autres choses encore ?

Puisse le lecteur trouver dans cet article, que les personnes en transe lors des funérailles pourraient effectivement dire la vérité : ayant été moi-même, votre serviteur, au centre des déclarations d’une « medium » de circonstance, j'ai conclu qu'elle a simplement dit la vérité. Étant donné qu’elle ne me connait pas et que je n’ai jamais mis les pieds au lieu du déroulement des funérailles d'où elle a proclamé sa prophétie. Elle n'aurait donc de ce fait, manipulé aucune « information. »

L’histoire débute un certain mois d'avril 202... par le décès d’une de stagiaire, j’étais alors Professeur de Techniques d’expression française au Lycée Professionnel de G….(Je voudrais, autant qu’il est possible, donner plus d’anonymat au récit, vu les conditions dans lesquelles la jeune fille décéda, notre texte n’étant pas pour remuer ce douloureux souvenir chez les parents).

Par cette discipline, les Techniques d’expression, on enseigne aux apprenants comment rédiger les écrits professionnels. Nous avons donc abordé le curriculum vitæ. J’ai souhaité que ces stagiaires en formation qualifiante d’auxiliaire de pharmacie, élaborent ce document dans la perspective de leur sortie, qui devrait avoir lieu deux mois plus tard. Je superviserais la production finale des CV pour chaque apprenant dans un cybercafé. Ce document, bien élaboré et imprimé en couleur allait réellement leur être utile durant les différentes offres de compétences auprès des pharmaciens…

Les apprenants s’y sont mis à cœur joie. Les copies produites allaient être remises à chacun d’eux le vendredi suivant, lorsque mademoiselle Y. N. décéda tragiquement le mardi. Je n’avais pas de cours au lycée ce jour-là.

Le jeudi, alors que j’étais en classe des Deuxièmes Années de Brevet de Technicien, option comptabilité, je reçus une convocation du censeur du niveau BT.

À son bureau, la Directrice du lycée, Madame K.M. et le censeur du niveau BTS, avec des personnes étrangères au lycée. Ce qui va suivre va me laisser pantois.

Prenant la parole, Monsieur K..., censeur du niveau BT me dit :

- Monsieur O..., vous avez certainement appris la mauvaise nouvelle, le décès de mademoiselle Y. N. . (Je venais de l’apprendre à l’instant .) Voici ses parents, ils ont un message pour vous.

La vieille femme qui conduisait la délégation des parents ne parlant pas le français, ses propos étaient traduits par l’oncle de la regrettée Y. N. Ils se résumaient à peu près en ceci :

- Bonjour Monsieur le Professeur. Hier mercredi soir, ma cousine a été saisie par l’esprit de notre fille décédée, Y. N. La défunte nous a dit de venir vous voir pour nous remettre son papier avant qu’elle parte dans l'au-delà. Elle dit qu’elle a mis beaucoup d’efforts pour le produire. C’est sur son insistance que nous sommes venus ici, puisque ce matin encore, une autre personne en transe a dit la même chose.

Madame K.M. me demande alors :

- Monsieur O... , quel papier devez-vous à la défunte ?

J’explique alors à l’assemblée les travaux des CV que mes stagiaires de la classe de N.Y avaient élaborés, CV auxquels moi-même j'attachais d’ailleurs un vif intérêt.

- Les copies ont-elles été corrigées, me demande encore Madame la Directrice.

- Oui, Madame. Elles devraient leur être remises demain, vendredi.

- Très bien, dit-elle. Allez prendre ce CV que la défunte réclame.

Je reviens avec la copie. La note de Y.N. au verso était bien visible. Je la remis au censeur qui la remit à son tour aux parents de Y.N.

Tout le monde me regardait. Une stagiaire morte réclamait à son professeur sa copie. Elle avait raison. J’avais tellement insisté sur l’importance de ce document pour leur recherche d’emploi, qu’elle réclamait le sien !

Ce jour-là, les membres de l’administration du Lycée furent peut-être convaincus d’une chose : la « prophétie » donnée en famille, sur le lieu des funérailles de Y.N était vraie.

S’ils ne l’étaient pas, moi, je ne me tordais pas les méninges pour comprendre ces choses : les personnes en transe lors des funérailles disent donc la vérité!

Je ne voudrais pas être dans une affirmation absolue. Je devrais peut-être dire que les personnes qui ont été en transe au lieu des funérailles de Y.N ont dit la vérité. Et qui sait, comme elles, tant d’autres personnes sous d'autres cieux.

Une autre chose me préoccupait cependant. Que voulait faire Y.N. avec ce CV, étant déjà morte ? Était-ce là une preuve que les personnes décédées continuent de vivre ailleurs, après leur vie auprès de ceux qui les ont connues vivantes ?

Cet événement marqua ma carrière d’enseignant. Aujourd’hui , avec le temps, je demeure convaincu que les paroles proférées par des personnes en transe lors des funérailles comportent des parts de vérités.

Mais notre Afrique devenue cartésienne a de la peine à l’admettre . Et peut-être, avec les paroles de personnes en transe, nous passons à côté de révélations constructives.

Constant Minangoy

Content created and supplied by: Constant_Minangoy (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires