Sign in
Download Opera News App

 

 

Pourquoi les influenceurs ont-ils du succès sur les réseaux sociaux malgré leurs contenus pauvres ?


Pourquoi les influenceurs ont-ils du succès sur les réseaux sociaux bien qu'ils ne proposent pas des contenus de qualité ? C'est à cette question que le président des écrivains de Côte d'Ivoire, Macaire Etty, et son confrère Paul Wil-Adémon, ont essayé de répondre à travers une réflexion commune.

"Les" influenceurs, disent-ils d'entrée, au lieu de "certains" influenceurs, comme pour faire une généralité en fonction du niveau de la masse, en étant conscients que parmi elle, il y en a qui font l'exception.


Macaire Etty Et Paul Wil-Adémon commencent par donner une définition au mot influenceur :


« Le néologisme d’influenceur désigne ces personnages nouveaux de l'espace numérique, notamment des réseaux sociaux en ligne qu'on présente comme capables d'agir sur les choix d'autrui, de les orienter, de les influencer, voire de les dicter subrepticement. Le monde digital a besoin des influenceurs du fait de la logique consumériste qui encadre les médias sociaux. L'influenceur sera nécessaire pour agir sur les habitudes de consommation. Dans nos pays, ce qui est intéressant ou problématique c'est l’intervention de plus en plus important des influenceurs dans le domaine politique. »


Partant de cette définition donnée à influenceur, nos deux intellectuels ont tenu à notifier la différence que le terme comporte avec "leader d'opinion'' :


« Le leader d'opinion par contre est une figure ancienne, on dirait même classique, de l'espace public. Pour agir sur les opinions, le leader d'opinion doit les connaître sinon les forger. Cela suppose, en plus de l'obligation culturelle et dialecticienne auxquelles il se conforme, que le leader d'opinion se déploie dans un monde d'ordre qui n'a pas renoncé au sens, à l’ordonnancement des idées ainsi qu’aux grandes causes vers lesquelles marchent les sociétés. C'est la désorganisation des socialités numérisées (Simon Nora et Alain Minc 1978), ce qu'on appelle aussi la société de l’information, leur soumission aux logiques de consommations qui génèrent l'influenceur. »


Revenant sur le concept de l'influenceur, Macaire Etty et Paul Wil-Adémon font remarquer que si les vidéastes sont friands de buzz, de clashes et de scandales, c'est que par narcissisme et par le jeu d’une intelligence remarquable des logiques du moment, ils ont compris l’environnement digital dans lequel ils veulent réaliser leur projet professionnel à but lucratif. Ils ont donc besoin d'attirer à eux un public de plus en plus nombreux pour l'utiliser comme un argument publicitaire.


Et nos deux intellectuels de faire remarquer que les influenceurs sont en face d'un public conquis, malgré leurs contenus parfois pauvres. Leur razzia est aussi dû au fait qu'il n'y a pas d'adversité, les médias traditionnels ayant décidé d'emprunter leur logique. Toutefois, pour nos deux auteurs, c'est toujours possible "de proposer des contre-modèles pour que le ludique ne l’emporte pas systématiquement dans un espace public reconfiguré". 

Face aux influenceurs aux contenus de piètre qualité, qui, en face, pour tenir le flambeau de leader d'opinion aux idées constructives ? semblent s'interroger nos deux auteurs soucieux de ne pas voir notre société sombrer du fait de l'influence (parfois nocive) des contre-valeurs.


LCB

Content created and supplied by: LouisCésarBANCE (via Opera News )

côte d'ivoire paul wil-adémon

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires