Sign in
Download Opera News App

 

 

Société/ Le kilogramme d'amour est passé de ''je t'aime'' à '' fais-moi un dépôt" (Opinion)

De nos jours, la société est de plus en plus influencée par les nouvelles technologies de l'information et de la communication. L'on ne manque de vivre certaines situations qui apparaissent comme des faits contre l'ordre naturel établi. Par exemple, avec l'apparition du téléphone mobile et les services qui y sont rattachés tels que les transferts d'argent et de crédit de communication, sans oublier les réseaux sociaux, tous se sont diversement invités dans les relations humaines, même dans les affaires d'amour au point où certains font la cour à d'autres via le téléphone mobile.

En effet, après plusieurs investigations et témoignages de diverses personnes, il ressort de façon récurrente de bon nombre d'échanges téléphoniques entre amoureux des propos comme : fais-moi un transfert de crédit de communication, fais-moi un dépôt d'argent, souscris à un pass internet ou pass appel, etc. Et ces événements se déroulent pour la plupart entre le " dragueur '' et la draguée '', et souvent, des couples déjà constitués tombent aussi dans cette affaire de transfert, dépôt et souscription comme s'il y a eu une mutation des fondements de l'amour. Il apparait difficile aujourd'hui d'entretenir ou de vivre une relation amoureuse avec un simple '' je t'aime '' car certains affirment qu'on ne mange pas '' je t'aime. ''

L'avènement des nouvelles technologies de l'information et de la communication est d'une utilité incontournable, mais il est à dénoncer certaines pratiques tendant à contribuer au rabaissement des valeurs sociales, à la promotion de la paraisse et à la pratique du racket en amour. Des phrases comme '' le pointeur doit payer '' ou '' quand tu cherches l'enfant des gens, donne-lui l'argent '' ne sont pas des styles à encourager, car aimer c'est chercher à construire une vie avec l'âme sœur.


As. B

Content created and supplied by: Assibena (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires