Sign in
Download Opera News App

 

 

L' Afrique connaîtra la reprise économique la plus faible en 2021

L' Afrique connaîtra la reprise économique la plus faible en 2021, comparée aux autres zones démographique et géographique du monde, estime le Fonds monétaire International (FMI) dans sa dernière note de conjoncture.

En 2020, le taux de croissance de l'Afrique était de moins de 2%. Ce taux devrait être de moins de 3,5% en 2021 quand celui du monde devrait être de 6%. Seules l'Afrique du Sud, la Tunisie et l'Égypte s'en sortent bien.

Monsieur Chérif Salif Sy, économiste sénégalais, coordonnateur du Forum mondial des alternatives, ancien ministre de l'économie sénégalais (2000-2003), attribue cette faiblesse du taux de croissance à la difficulté de mobiliser les ressources sur les marchés financiers du continent. << Cela apparaît comme une grande difficulté et relativement aux efforts énormes, considérables que les États ont fait durant toute la période de la pandémie de covid-19 en 2020, déjouant tous les mauvais pronostics à l'échelle du continent >> dit-il

Selon monsieur Étienne Giros, président-délégué du Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN), << l'économie a été relativement fortement touchée, notamment sur certains secteurs qui ont été très malades. Le tourisme qui fait vivre une dizaine de pays, le transport aérien, l'hôtellerie, la restauration sont complètement à plat et par terre, plus aucune activité. Et, il n'y a pas tous les ressorts de sécurité et les protections qu'on a en Europe. Et donc, effectivement, les pays souffrent. Par ailleurs, l'économie mondiale a baissé de niveau de manière terrible et drastique. Et donc, l'exportation des matières premières ou le commerce international a baissé et, a évidemment affecté les économies africaines >>.

D'un commun accord, messieurs Chérif et Giros soutiennent que l'Europe aidera l'Afrique à redresser la situation. D'abord au plan financier, l'Afrique à besoin de cash et de trésorerie pour commencer et, en ce moment, il n'y a pas suffisamment de devises pour faire le commerce et importer les biens dont l'Afrique à besoin. Et la deuxième chose, c'est les ressources de l'État qui ont baissé. Puisque l'activité a baissé, il y a moins de revenu. En revanche, l'État a plus de dépenses à faire pour couvrir les dépenses sanitaires de covid-19. Il faut donc injecter des fonds pour résoudre ce problème, on-ils souligné.

Le FMI estime que jusqu'à 285 milliards de dollars (233,3 milliards d'euros) de financement supplémentaires sur la période 2021-2025 seront nécessaires aux pays africains pour renforcer la réponse apportée à la pandémie, indique le communiqué publié à l'issue du sommet France-Afrique qui réunissait une trentaine de chefs d'État africains et européens, ainsi que les dirigeants d'institutions financières internationales, comme le FMI, le 18 mai 2021.

https://f24.my/7ffw.W

Content created and supplied by: Lavieenabondance (via Opera News )

covid-19 fmi tunisie

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires