Sign in
Download Opera News App

 

 

Enième crise à Frat-Mat: les travailleurs demandent le départ du DG qui, lui, indexe le DGA

Non ce n'est pas ma faute, c'est celle du Directeur général adjoint. C'est à ce jeu de rejet de la responsabilité qu'on assiste à Fraternité Matin. Le quotidien gouvernemental est de nouveau couché après plusieurs plans de redressement. Alors les travailleurs proposent un nouveau plan: le départ du Ditecteur général. Mais ce dernier pointe plutôt la responsabilité du DGA. En effet des sources proches de l'entreprise de presse rapportent que le nouveau ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie Amadou Coulibaly a reçu mardi 21 avril Venance Konan et Nouho Abdel Serge Olivier. Et à cette occasion, le DG aurait dit que,c dès sa nomination, il avait avoué qu'il est journaliste et non un gestionnaire alors il fallait un DGA outillé au management. Alors s'il y a problème, c'est la faute au DGA. Mais les travailleurs se souviennent que cet argument avait déjà été avancé à deux reprises par Venance Konan et deux DGA ont déjà été limogés. Alors ils estiment que le problème ce n'est plus un DGA mais le DG. 


Le 18 décembre 2018, la direction générale Fraternité Matin s'est séparé de 123 employés. Ceux-ci sont tombés sous le coup d'un supposé plan de redressement social de la société. Les licenciés devaient avoir droit à un accompagnement dans un plan décidé par l'État. Le ministre de la communication d'alors, Sidy Tiemiko Touré, s'était déplacé en personne jusqu'a Fraternité Matin pour l'annoncer.

Mis en exécution, les employés sont partis pour licenciement économique sans droit. 

A l'époque, la direction générale pointait du doit le poids de la masse salariale sur les caisse de la société. Une foi les 123 personnes jettées dehors, il a été procédé à de nouveaux recrutements.

Une entreprise qui a licencié pour motifs économiques a renouvelé la quasi totalité du parc automobile. En réalité, le motif de redressement économique avancé n'a pas servi pour la gestion optimum des finances de l'entreprise..

Seulement deux ans après la mis en exécution du plan de redressement, la même direction crie à l'insuffisance et la vacuité des caisses de l'entreprise. Elle annonce parallèlement la mis en application d'un autre plan de redressement avec pour conséquence le licenciement de 90 agents.

Les employés, sentant le danger à l'horizon ont fermé les portes de l'entreprise pour protester contre ce nouveau plan de redressement économique. Les syndicats s'y sont opposés et demandent à la direction générale de leur faire le bilan de l'ancien plan de redressement avant la mise en application du nouveau.

Des voix s'élèvent. C'est le porte-parole de l'intersyndicale des Media M. Sam Wakouboué qui a pondu un communiqué pour demander le départ de toute la direction manageriale de fraternité Matin qui vient de démontrer son incapacité à gèrer la structure.

La nomination du DGA Abdel Serge Olivier Nouho avait suscité beaucoup d'espoirs pour la remise sur les rails de cette entreprise. Il faut lui reconnaître une très bonne expérience faite ici dans des cabinets de renommée internationale et une bonne expérience à l'international. Mais une foi à Fraternite Matin les objectifs se sont mués en intérêts personnels.

Selon l'association des déflatés de Frat Mat, 800 millions ont été dégagés pour le paiement de leurs droits. Jusqu'à ce jour, ils n'ont rien perçu de cet argent et personne ne sait la destination qu'il a prise. Le dossier est toujours pendant devant les tribunaux.


Djok Jr

Content created and supplied by: Djok (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires