Sign in
Download Opera News App

 

 

Economie : le prix du poisson thon risque d’augmenter ! Les raisons

De fortes spéculations sur le prix du faux-thon qui a dépassé le prix du marché international, pourraient occasionner une hausse du prix de ce poisson tant prisé par les Ivoiriens. De même, cette situation qui créé des dommages directs à l’approvisionnement peut avoir comme autre conséquence des pertes d’emploi. Ce sont là les craintes exprimées par Dr Sergio Tommasini, Président Directeur Général d’Airone, entreprise évoluant dans le secteur du poisson en conserve, qui s’est ouvert à la presse le mercredi 6 octobre 2021, dans ses locaux sis en zone portuaire.

« Nous avons actuellement un sérieux problème concernant le marché dit du faux-thon. Lorsque les grands thoniers entrent dans le port, ils déclarent détenir une part de poisson destinée à l’exportation et une part pouvant être allouée au marché local. (La loi identifie le faux-thon comme la partie du poisson qui pèse moins de 1,5 kg et qui est normalement utilisée pour la production du Garba, mets ivoirien). Le prix de la partie du thon destinée à l’exportation, transformé localement à la conserverie industrielle, est basé sur le marché international. Nous avons rencontré récemment de fortes spéculations sur le prix du faux-thon qui a dépassé le prix du marché international, créant des dommages directs à l’approvisionnement de notre structure », explique le conférencier

Il révèle avoir adressé un courrier aux autorités compétentes à cet effet et entend également saisir les représentations diplomatiques. « Cette spéculation pose un sérieux problème dans les relations entre les entreprises industrielles et ceux qui travaillent à l’intérieur du port pour collecter le faux-thon qui, à sa sortie du port, est destiné au marché de détail pour la production du Garba. Ce qui verra inévitablement une augmentation du prix au détriment de la population ivoirienne », prévient-il.

Par ailleurs, notre interlocuteur craint des pertes d’emplois de milliers de travailleurs ivoiriens. « Si cette spéculation incontrôlée ne prend pas fin, il ne sera pas possible d’éviter de calculer les dégâts au niveau industriel et de prendre des mesures drastiques qui pourraient affecter le niveau de l’emploi. Le rapport entre le poisson transformé et la part de l’emploi est proportionnel et sans le poisson, il est normal que les gens soient destinés à rester chez eux », ajoute-t-il.

Par-dessus l’imminence du danger, Dr Sergio Tommasini espère que les autorités compétentes mettront rapidement fin à cette affaire en protégeant l’emploi et les travailleurs, en contrôlant et en régulant la chaîne d’approvisionnement du faux-thon non sans certifier ceux qui travaillent dans le port de pêche d’Abidjan.

 

Cyrille NAHIN 

     

Content created and supplied by: Cyrille_NAHIN (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires